Accéder au contenu principal

Une nouvelle donne en Syrie ?

Infléchissement pas si surprenant que ça dans la politique de répression syrienne envers les Kurdes : le président Bachar al-Assad a ainsi déclaré, s'opposant au vice-président Abdel Halim Khaddam, que le serhildan kurde n'émanait pas d'éléments étrangers (les Kurdes d'Irak, au hasard ?), reconnaissant donc par là implicitement qu'il y a bien un problème kurde en Syrie, et même affirmant encore plus explicitement que la question de la nationalité des Kurdes de Djézireh officiellement apatride devait être réglée en ajoutant même : "Les Kurdes sont des citoyens syriens qui vivent parmi nous, et le nationalisme kurde fait partie de l'histoire de la Syrie", a-t-il assuré. (al Jazirah).

Pourquoi ce subit revirement ? C'est qu'il y a toujours eu en Syrie, et même à l'intérieur d'un mouvement nationaliste pro-arabe comme le Baath, un clivage entre la majorité arabe sunnite et les autres minorités arabes non sunnites (Alaouites, Ismaéliens, druzes, etc.) , les minorités sunnites non-Arabes comme les Kurdes, et les minorités non musulmanes (Chrétiens de tous rites, Yézidis, etc.). Depuis leur arrivée au pouvoir, en 1967, les Alaouites ont toujours veillé à ne pas trop favoriser la majorité arabe sunnite, étant eux-même une de ces minorités. L'agitation de mars, apparemment provoquée par des groupes baathistes frustrés de la défaite irakienne, pouvait finir par devenir trop dangereuse pour le clan alaouite, en galvanisant un peu trop les sunnites arabes. Elle a pu aussi inquiéter les autres groupes minoritaires du pays.

Aussi intéressante est cette récupération de l'histoire kurde au sein d'une histoire syrienne commune, rappelant la thèse "syrianiste" du PPS, parti fondé en 19321 par un Grec orthodoxe libanais (de même confession donc que le fondateur de la doctrine baathiste, Michel Aflak), pour qui les Syriens étaient un peuple autochtone, non-Arabes, résultant de la fusion de plusieurs peuples antiques, tels que les Cananéens, les Hourrites, etc. Ce nationalisme syrien dut reculer ensuite devant la popularité des mouvements pro-arabes et pro-nassériens. Cette référence "syrienne" incluant donc une histoire non-arabe, celle des Kurdes, apparait comme une volonté de se démarquer de l'héritage de la R.A.U, tentative de fusion entre l'Egypte et surtout l'Irak. Cela même au moment où les Irakiens arabes sunnites luttent bec et ongles pour garder leur drapeau (souvenir de cette union) et la référence dans la Constitution irakienne à l'Irak, "comme partie de la Nation arabe", ce à quoi s'opposent naturellement les Kurdes, les Turkmènes et les Assyriens.

Face à la montée du mécontentement arabe, les Alaouites peuvent essayer ainsi de jouer la carte d'une Syrie multi-ethnique en prenant leurs distances avec le pan-arabisme, et ce afin de rallier les autres composantes de la Syrie autour de leur leadership. Peut-être la désagrégation probable de l'Irak en de multiples communautés leur semble-t-elle aussi de sinistre augure. En tous cas, malgré les arrestations et les intimidations que subissent encore les Kurdes, ce printemps sanglant ne peut être considéré comme un écrasement des revendications kurdes, tout au contraire.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs

Le Kurdistan est une mixture unique de différents groupes ethniques et cultures : Kurdes musulmans, Kurdes yézidis, Turkmènes musulmans, Arméniens, Assyro-Chaldéens chrétiens de langue araméenne, et Juifs de langue araméenne. La cuisine traditionnelle chrétienne n'est pas substantiellement différente de celle des Kurdes. Ainsi, les animaux sont égorgés selon le rite islamique. Les chrétiens, cependant, mange de la viande de porc, soit importée soit venant de sangliers chassés dans les montagnes. De plus, les chrétiens réclament comme les sucreries traditionnelles kulîçe, servis à Noël et dans des occasions importantes, mais communes dans toute la région.
Muhammad n'a pas posé d'objection à ce que musulmans, juifs et chrétiens mangent ensemble. Il en résulte qu'un musulman pratiquant peut acheter sa nourriture dans une boutique tenue par un juif ou un chrétien. Si un nom divin autre que celui d'Allah a été prononcé pendant que l'animal a été abattu, les musulma…