Accéder au contenu principal

"L'Etat irakien fait partie intégrante de la nation arabe"

C'était l'article 2 de la Constitution provisoire irakienne de 1958 et qui se maintint par la suite. C'est d'ailleurs la question de cet article qui amorça entre autres la future révolution kurde de 1967.

En 1960 en effet se tint à Bagdad le Congrès de l'Union Internationale des Etudiants. Bien qu'on lui eut refusé un visa, Ismet Chérif Vanly, alors étudiant en Europe, réussit à gagner l'Irak au sein des délégations. Lorsqu'il prit la parole, il provoqua un tollé dans la délégation irakienne en discutant précisément cet article :

"J'ai dit que cela ne peut être juste, puisque en Irak se trouvent côte à côte deux fractions de nations : une fraction de la nation kurde et une partie de la nation arabe ; et si l'Irak arabe fait partie de la nation arabe, l'Irak kurde fait partie de la nation kurde. La délégation irakienne s'est tout de suite levée et a pris la parole, essayant de réfuter ce que j'avais dit, et déclarant que ces deux articles étaient admis par tous les irakiens, y compris par le Parti démocratique du Kurdistan. Le journal Xebat, organe officiel du PDK, fut sommé de prendre position."

Le Comité Central du parti se réunit le soir même. Le lendemain, Xebat paraissait en première page, proclamant qu'il était évident que le Kurdistan irakien faisait partie de la nation kurde (19 octobre)."

in Les Kurdes, révolution silencieuse. Jean Pradier, 1968.

Que dit aujourd'hui à ce sujet l'actuelle Constitution provisoire ?

"Article 7-B :
L'Irak est un pays composé de plusieurs nationalités, et le peuple arabe est une partie inséparable de la nation arabe."

Déjà on peut noter qu'il y a eu glissement entre "l'Etat irakien" tout entier et le "peuple arabe" d'Irak. C'est-à-dire que les citoyens non-arabes ne peuvent être inclus dans la nation arabe. On peut dire qu'il y a déjà progrès. Mais quelles seraient les réactions des Arabes si un autre article précisait, dans la même Constitution que le peuple kurde est une partie de la nation kurde ?

Plus pragmatiquement, sur le terrain politique, cette question des citoyens faisant partie intégrante de nations différentes peut se traduire par des divergences d'intérêt sérieuses. Ainsi le problème palestinien est considéré comme un problème "arabe" par la majeure partie des Etats arabes, qui se font donc un devoir de prendre partie POUR les palestiniens et CONTRE Israël, au nom de la solidarité arabe. Mais qu'en est-il alors de cette solidarité en ce qui concerne les Kurdes, les Assyriens, les Turkmènes, personnellement beaucoup moins concernés par le statut de Jérusalem et le sort des palestiniens ? De même, si la Syrie, Etat officiellement arabe, persécute ses Kurdes, il est naturel que les Kurdes d'Irak protestent officiellement, maintenant quelle sera l'attitude du gouvernement central à Bagdad ? Le règlement de la question kurde en Turquie par exemple peut fort bien se décider dans les montagnes du Kurdistan d'Irak, sans que Bagdad puisse réellement mettre son nez là-dedans. On peut également envisager une 'Oumma chiite sensible au problème chiite dans le monde arabe, sans que les autres parties sunnites du pays puissent réellement se sentir impliquées.

C'est bien là une des difficultés majeures de cet Irak soi-disant "uni". Les deux peuples irakiens majoritaires, les Arabes et les Kurdes, ne sont pas deux micro-nations pouvant mener d'un front uni la même politique étrangère. Ce sont les composantes de deux grands blocs nationaux, couvrant plusieurs pays du Moyen-Orient, et dont la sensibilité politique, religieuse ainsi que leurs affinités avec d'autres peuples peuvent s'opposer ou à tout le moins diverger sérieusement.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs

Le Kurdistan est une mixture unique de différents groupes ethniques et cultures : Kurdes musulmans, Kurdes yézidis, Turkmènes musulmans, Arméniens, Assyro-Chaldéens chrétiens de langue araméenne, et Juifs de langue araméenne. La cuisine traditionnelle chrétienne n'est pas substantiellement différente de celle des Kurdes. Ainsi, les animaux sont égorgés selon le rite islamique. Les chrétiens, cependant, mange de la viande de porc, soit importée soit venant de sangliers chassés dans les montagnes. De plus, les chrétiens réclament comme les sucreries traditionnelles kulîçe, servis à Noël et dans des occasions importantes, mais communes dans toute la région.
Muhammad n'a pas posé d'objection à ce que musulmans, juifs et chrétiens mangent ensemble. Il en résulte qu'un musulman pratiquant peut acheter sa nourriture dans une boutique tenue par un juif ou un chrétien. Si un nom divin autre que celui d'Allah a été prononcé pendant que l'animal a été abattu, les musulma…