Articles

Affichage des articles du octobre, 2010

TURQUIE : OUVERTURE DU PROCÈS DE 152 KURDES DU KNC

Le 18 octobre s’est ouvert devant la Haute Cour criminelle de Diyarbakir le procès de 152 Kurdes, (dont 104 en détention), politiciens ou membres d’associations de défense des droits de l’Homme, accusés d’appartenance au PKK, par le biais de la Confédération démocratique du Kurdistan (KNC). Des intellectuels et défenseurs européens sont venus assister au procès qui se tient sous haute surveillance policière. L’acte d’accusation de 7500 pages peut faire encourir aux prévenus des peines de prison allant de cinq années à la perpétuité, pour appartenance à « une organisation terroriste », menace contre « l’unité de l’État », « propagande terroriste » et « soutien à une organisation terroriste ».
Parmi les accusés, le maire de Diyarbakir, Osman Baydemir, risque 36 ans d’emprisonnement. Onze autres maires kurdes sont jugés à ses côtés, tous membres du parti pro-kurde, le BDP. Mais dès l’ouverture du procès, les débats se sont déplacés de l’acte d’accusation proprement dit à la langue devan…

IRAK : TAREK AZIZ CONDAMNÉ À MORT

Le 28 octobre la haute cour pénale d’Irak a condamné à la peine capitale trois hauts dignitaires de l’ancien régime, l’ancien ministre de l’Intérieur, Saadoun Shaker, le chef du Bureau de Saddam Hussein, Abed Hamid Hmoud, et l’ancien Vice-Premier Ministre, Tareq Aziz, âgé de 74 ans.
Seul chrétien à figurer dans l’équipe dirigeante du gouvernement Baath, Tareq Aziz s’était rendu de lui-même aux Américains en avril 2003. C’est, jusqu’ici, un des rares proches de l’ancien raïs qui a échappé à la pendaison. Vice-Premier Ministre depuis 1991, après avoir été longtemps ministre des Affaires étrangères, il occupait aussi les fonctions de porte-parole de l’ancien régime irakien, ce qui le fit connaître du grand public à un niveau international, en raison de ses prestations télévisées lors des deux guerres du Golfe. Tareq Aziz avait déjà été condamné à deux peines d’emprisonnement : 15 ans pour avoir participé à l’exécution de 42 commerçants irakiens en 1992, et 7 ans pour son rôle dans le dé…

Hozan Şemdin

Sourp Giragos a enfin retrouvé un toit

Décidément  Osman Baydemir, le maire de Diyarbakir, aime bien taquiner le pouvoir. Non content de faire mentir les prévisions électorales de l'AKP qui entendait remporter sa ville aux municipales, il s'ingénie à gratter le gouvernement là où cela irrite, c'est-à-dire en faisant deux pas en avant là où R. Tayyip Erdoğan préfère appliquer la politique d'un (petit) pas en avant, deux pas en arrière.
Plus d'un mois après la célébration d'un office religieux dans l'ancienne église d'Aktamar, église transformée en musée et non redevenue lieu de culte, ce qui a donné lieu à des critiques du côté arménien, la rénovation du toit de l'église Sourp Giragos à Diyarbakir (cela faisait bien des années que le toit s'était effondré car la première fois que je mis les pieds à Diyarbakir, en seotembre 1992,  l'église était déjà à ciel ouvert) a donné lieu à une réception organisée par la mairie. Osman Baydemir a déclaré aux rares Arméniens encore présents à Di…

Les Yarsans

Mission report : Assessment of Museums in the Kurdish Region of Iraq

À signaler pour lecture ou téléchargement, en anglais, kurde et arabe, un rapport de Stuart Mather Gibson, initié à la fois par l'UNESCO et le musée de Sulaïmanieh sur le secteur des musées au Kurdistan d'Irak :
Assessment of Museums in the Kurdish Region of Iraq
Un tour d'horizon de la politique culturelle, des musées du Kurdistan, collections, situation matérielle, financement, bâtiments, etc. Clair, méthodique, agréable de lecture et illustré.

TV, radio : synode d'orient, à propos d'elly, coran

Image
TV :
Dimanche 24 octobre de 9h30 à 11h30, sur KTO :Messe de clôture du Synode des évêques catholiques du Moyen-Orient (direct).
Mardi 26 octobre à 20h40 sur Orange Cinénovo : À propos d'Elly (Darbareye Elly) d'A. Farhadi, Iran, 2009.







Radio :
Dimanche 24 octobre à 6h10 et 22h 10 : Lire le Coran. Avec Jean-Michel Hirt, psychanalyste, auteur de Le voyageur nocturne : Lire à l'infini le Coran(Bayard) Cultures d'islam, A. Meddeb.



Présentation de l'éditeurCe livre est une navigation à travers l'océan du Coran, cette oeuvre universelle mais trop peu connue, voire suspecte, en Occident. Beaucoup se demandent si le texte coranique apporte quelque chose de plus au message monothéiste de Moïse et Jésus. Or le Coran énonce un discours sur les prophètes, depuis Adam jusqu'à Muhammad, qui prolonge et diffère de celui de la Bible. En partant, tel l'Ismaël de Moby Dick, à la recherche de la signification d'un ouvrage où se jouxtent et rivalisent prophétie et poésie, l…

théâtre de la Turquie, XXX : Des désordres que peuvent causer dans l'Empire la pluralité des sectes qui l'habitent

Image
ART XIV : Des Solaires ou Chams.

Les Solaires sont ainsi appelés à cause que l'on croit qu'ils adorent le Soleil, c'est la moindre Secte qui soit dans tout l'Orient, considéré le petit nombre qu'ils sont, qui ne revient pas à plus de neuf ou dix mille âmes, aussi ne se trouvent-ils que dans la Mésopotamie et aux environs.Ils n’ont ni temples ni églises pour prier Dieu et ne s’assemblent qu’en certains lieux souterrains et écartés des villes, pour y conférer ensemble et traiter des matières de leur Religion, ce qu’ils font si secrètement, qu’on n’a jamais rien pu découvrir de ce qu’ils y faisaient, par ceux-même d'entre-eux qui se sont convertis à la Foi, dans la crainte qu'ils avaient que cela venant à se savoir, ils ne fussent assassinés par les autres, suivant la résolution qui en a été prise dans leurs assemblées.Il y a environ six ans que deux jeunes hommes de cette Nation vinrent à Alep, où ils se firent baptiser par l'Évêque Catholique des Arménie…

théâtre de la Turquie, XXX : Des désordres que peuvent causer dans l'Empire la pluralité des sectes qui l'habitent

ARTICLE XI.
Des Nestoriens ou Chaldéens.

Les Nestoriens empruntent leur nom de l’impie Hérésiarque Nestorius, Patriarche de Constantinople, dont ils suivent la doctrine, qui fut condamnée dans le troisième Concile universel dit d’Éphèse, qui s’est cependant conservée jusqu’à présent, comme un feu sous la cendre, en quelques endroits de la Turquie et de la Perse, où toutes les Religions, quelques mauvaises qu’elles puissent être, sont bienvenues, ou du moins tolérées : telle est celle des Nestoriens qui est la plus odieuse de toutes, et la plus abhorrées des Chrétiens orientaux : d’autant qu’elle divise Jésus-Christ en deux personnes, et reconnaît en lui deux fils, l’un de Dieu et l’autre de Marie, à laquelle elle dénie constamment la qualité de Mère de Dieu, et ne l’appelle que Mère de Christ. Aussi les Nestoriens n’osent-ils se dire tels dans les caravanes avec les autres Chrétiens tant leur religion est abominable. Et ceux de Diyarbekir, dont la plupart se sont fait catholiques ave…

Pierre RONDOT

Image
(Versailles, 1894 – Lyon, 2000)

Militaire, savant.
Comme nombre d'officiers français d'après la Première Guerre mondiale, le général Pierre Rondot incarnait plusieurs traditions : militaire de haut rang d'un État qu'il ne cessait de critiquer, proche des populations soumises au régime mandataire ou colonial qu'il refusait de réduire au statut d'"indigènes" et orientaliste érudit qui s'ouvrit, au fil des décennies, aux "area studies", voire aux sciences sociales.Rondot entre à Saint-Cyr en 1922 et, dès 1926, intègre la Légion étrangère en tant que volontaire. D'abord affecté dans le Rif en pleine insurrection, il est ensuite nommé en Algérie, puis, en 1927, entre au service des renseignements pour le Levant. Après un séjour de dix ans, passé notamment au Liban, il s'inscrit à le première session du CHEAM (1937) et, près d'une décennie après, soutient sa thèse de doctorat, intitulée Les institutions politiques du Liban, des commu…

théâtre de la Turquie, XXX : Des désordres que peuvent causer dans l'Empire la pluralité des sectes qui l'habitent

Les Yezides :

SECTION III : De leurs superstitions et pratiques ridicules.
Il n'est pas permis à un vêtu de noir d'égorger un mouton ni de tuer une poule, ou quelque autre animal ; mais bien de les manger. Quand il s'agit d'ôter la vie à un boeuf, à une chèvre, ou à un agneau, il faut faire venir quelqu'un qui ne soit pas revêtu de l'habit d'Iezide pour faire cette exécution. La plupart d'eux sont si scrupuleux, qu'ils se gardent en cheminant de mettre les pieds sur les fourmis et autres insectes. Il y en a même d'aucuns qui font conscience de tuer les poux et les puces de leurs illustres habits, se contentant de les jeter à quartier, comme je l'ai plusieurs fois remarqué , sans oser souiller leurs mains dans ce sang innocent : d'où vient qu'ils sont ordinairement plus chargés de cette marchandise que de perles. Quand on les reprend de cette compassion ridicule envers des animaux qui ne sont créés de Dieu que pour le service de l'…

Marzieh & Banan

théâtre de la Turquie, XXX : Des désordres que peuvent causer dans l'Empire la pluralité des sectes qui l'habitent

SECTION II. YEZIDES : De leur Religion.

Les Yezides ne sont ni Turcs ni Chrestiens, encore bien qu'ils soient plus affectionnés à la Religion du Messie, qu'à celle du faux Prophète Mahomet. Ils font gloire de boire du vin, et de manger de la chair de porc, si abhorrée des Turcs et des Juifs, qu'ils se laisseraient plutôt mourir de faim que d'en goûter. Ils évitent autant qu'ils peuvent la circoncision, d'autant qu'ils y font contraints par les Turcs de vive force, et par la violence des tourments.Le principal point de leur Religion consiste à me point vouloir maudire le le diable ; il n'est pas possible de les induire à cela par la raison, non plus que par les supplices : jusques-là, que quelques-uns d'eux se sont laissés écorcher tous vifs plutôt que de le faire. Voici les raisons qu'ils allèguent en leur faveur; à savoir, que nous ne pouvons pas en conscience maudire les créatures, ce droit n'appartenant qu'à Dieu seul qui en est l'…

Théâtre de la Turquie, XXX : Des désordres que peuvent causer dans l'Empire la pluralité des sectes qui l'habitent

ARTICLE V. Des Yezides.

SECTION PREMIÈRE : De leur genre de vie, moeurs et inclinations.
Les Yezides sont environ deux cents mille âmes tant en Turquie que dans la Perse. Ils ont une langue particulière voisine de la Persienne qu'on appelle le Courde. Ce sont des gens robustes, infatigables, et qui se passent de peu. Ils habitent sous des pavillons noirs, tissus de poil de chèvre , enroulés de roseaux et d'épines liés ensemble. Ils sont en long ou en carré, différents en cela de ceux des Turcmans dont la forme est ronde comme une tour. Ils se retirent l'Hiver dans les montagnes, et descendent l'Été dans les plaines et en rase campagne. Ils vont attroupés comme les Arabes et Turcmans pour plus grande sûreté , et disposent leurs pavillons en rond, de manière qu'il reste au milieu d'eux comme une grande place d'armes, dans laquelle ils mettent leurs troupeaux comme à couvert des larrons et des loups qui n'osent s'en approcher, et qui ne le peuvent sans êt…

Radio : souâd ayada, chrétiens d'orient, maître Eckhart, musique orientale, bassidji,

Image
Dimanche 17 octobre 
Sur France Culture : - à 6h00 et 22h00 : L'Esthétique des théophanies. Avec Souâd Ayada, philosophe, auteur de L'Islam des théophanies. Une religion à l'épreuve de l'art (CNRS).



Présentation de l'éditeur L'islam offre deux visages : celui d'un monothéisme abstrait, où domine la transcendance de Dieu, au risque d'engendrer le fanatisme. Mais aussi, et surtout, celui, plus discret, mais non moins insistant, d'un monothéisme concret, qui valorise la manifestation visible de l'essence de Dieu dans l'apparition sensible des actions divines. Dans cette étude pionnière qui surprendra par sa liberté de ton, Souâd Ayada renouvelle en profondeur notre connaissance des systèmes de pensée qui ont fondé l'islam des théophanies. Un modèle de sagesse aux antipodes de l'austérité coranique, selon lequel Dieu se donne à voir par l'entremise de l'" homme parfait " et par toutes les formes de beauté qui révèlent sa ma…

Théâtre de la Turquie, XXX : Des désordres que peuvent causer dans l'Empire la pluralité des sectes qui l'habitent

ART I.

Il y a quatorze Sectes ou Nations toutes différentes entre-elles de Religion, de rite, de langue et dans la manière de se vêtir : Sept desquelles sont Infidèles, et sept Chrétiennes. Les Infidèles sont les Turcs ou Ottomans, les Arabes, les Courdes, les Turcomans, les Yezides, les Druzes et les Juifs. Parmi les Turcs, il y a encore plusieurs sectes et cabales touchant les sentiments de Religion aussi bien que parmi les Juifs. Les autres nations, à savoir les Arabes, Courdes, etc. sont dans une si profonde ignorance qu'ils ne savent ce qu'ils croyent. Les sectes Chrétiennes sont les Grecs, les Arméniens, les Syriens, les Maronites, les Nestoriens, les Cophtes et les Solaires dits Chamsi.Il est à remarquer que la plupart de ces sectes sont mêlées et confondues les unes parmi les autres, non seulement dans un même pays et dans une même Ville ; mais encore bien souvent dans le même logis, en ce qu'il sera habité par des Turcs, des Grecs et des Arméniens, dont les Idiom…