Articles

Affichage des articles du juin, 2008

MECONTENTEMENT QUASI-GENERAL APRES LE RAPPORT DE L’UNAMI

Le rapport de Staffan de Mistura, représentant de l’ONU en Irak, sur la question des territires kurdes encore sous juridiction irakienne, après le report de six mois consenti par les Kurdes, du référendum prévu par l’article 140, a été rendu public le 5 juin.
Ce rapport se concentre sur quatre provinces, sélectionnées parmi un large éventail, pour une analyse de terrain et des propositions politiques et administratives : Akre (Ninive), Hamdaniya (Ninive), Makhmour (Ninive/Erbil) et Mandali (Diyala).
Pour Akre (province de Ninive), administrée par Duhok depuis 1991, et depuis ce temps comprise dans le GRK, le rapport considère qu’Akre est « typiquement considérée comme l’un des districts mentionnés comme administrés par le GRK dans l’article 53 de la Loi provisoire et l’article 143 de la constitution irakienne. » Il s’agit d’un district majoritairement peuplé de Kurdes et le transfert officiel de son administration dans le gouvernorat de Duhok n’apporterait aucun changement important en …

Coup de projo sur : Zadik Zecharia

Image
Zadik Zecharia est né dans le village de Sheranesh, dans les montagnes de Qandil, très près de l'officielle frontière turco-irakienne. Il partit en 1950 pour Israel, lors du grand exode qui fit disparaître la quasi totalité des juifs du sol kurde et irakien qu'ils habitaient depuis des millénaires. Mais comme beaucoup de juifs kurdistani, Zadik ou (Tzadik) est resté très attaché à ses origines et continue de faire vivre le répertoire des musiques kurdes en Israël qu'il interprète au zorna (clarinette), comme il l'explique : "Il y a deux sortes de mélodies, le tchopi et le shetchni. Les tchopi sont les mélodies rapides, des rythmes de danses, joués avec les notes hautes de la zorna, toujours accompagnés du tambour dola. Les shetchni sont des mélodies plus lentes, avec des airs mélancoliques, surtout joués quand les gens sont assis autour d'une table. Cela leur rappelle leur mère patrie, le Kurdistan, et sert d'introduction aux fêtes et aux danses." Enr…

SINE : EXECUTION D’UN MINEUR, LOURDES CONDAMNATIONS CONTRE DES MILITANTS KURDES

Un adolescent de 17 ans, Mohammad Hassanzadeh a été exécuté par pendaison le 10 juin dernier, à Sanandaj (Sine), capitale de la province du Kurdistan en Iran, pour le meurtre d'un garçon de dix ans, commis alors qu'il n'était lui-même âgé que de 15 ans. Un autre prisonnier reconnu lui aussi coupable de meurtre et âgé de 60 ans a été pendu en même temps que l'adolescent.
Dans un communiqué, l’Union européenne condamne vivement cette exécution, ainsi qu'Amnesty International : « Il s’agit de la dernière exécution en date d’un mineur délinquant, et en y procédant, les autorités iraniennes ont commis une nouvelle violation flagrante de leurs obligations internationales au titre du Pacte international relatif aux droits civils et politiques et de la Convention relative aux droits de l’enfant, qui interdisent de condamner à mort les personnes qui étaient âgées de moins de dix-huit ans au moment des faits qui leur sont reprochés. Elle met à mal les espoirs suscités par la …

KIRKOUK : UN CASSE-TÊTE POUR LES ELECTIONS PROVINCIALES

La question de Kirkouk plombe aussi l’organisation des élections provinciales qui doivent se tenir le 1er octobre 2008, dans toutes les régions de l’Irak sauf la Région du Kurdistan. Ces élections portent sur un projet de loi redéfinissant les compétences de Bagdad et des provinces. Mais leur annulation pure et simple est envisagée, tant elles exacerbent les rivalités et les conflits entre les Arabes, les Kurdes et les Turkmènes de la province.
Les Arabes et les Turkmènes demandent en effet à ce que Kirkouk soit divisé en quatre districts électoraux ce que la Coalition du Kurdistan (KC) refuse, en y voyant une tentative de partager la région et de désintégrer son unité. De plus, les Kurdes s’opposent à ce que de nouvelles élections aient lieu tant que l’article 140 et le référendum prévu ne seront pas appliqués. Au contraire, les représentants arabes et turkmènes insistent sur la nécessité de nouvelles élections, car ils rejettent les résultats du scrutin de 2005, qui avaient été boyco…

"Deutschland ! Deutschland !"

Image
Ou comment les Kurdes se découvrent soudain fans de l'équipe allemande.

Une dépêche Reuters relate ainsi que la police berlinoise n'a pas eu à s'interposer sérieusement entre les supporters allemands et turcs (11 arrestations sur 500 000 personnes dans les rues) mais qu'ils ont assisté, de façon inattendue, à des défilés de Kurdes brandissant le drapeau allemand en clamant narquoisement "Deutschland ! Deutschland !" à l'adresse des Turcs et que c'est dans ce quartier de Kreuzberg que les tensions ont été les plus palpables, non entre Allemands et Turcs, donc, mais bien entre Kurdes et Turcs, ces derniers pouvant comprendre que les Allemands soutiennent leur équipe, mais avalant difficilement la "trahison du Sud-Est". Cela dit, à part un échange de gracieusetés "Turcs, terroristes !" contre "Une seule Turquie !" il n'y a pas eu de véritable empoignade.

Commentaire d'une jeune supporter turque, rapportée par l'age…

SYRIE : PRESSIONS ACCRUES DU POUVOIR CONTRE LES MILITANTS ET LES CYBERDISSIDENTS

L’invitation controversée du président syrien Bachar Al-Asad aux cérémonies du 14 juillet en France a fait réagir plusieurs organisations de défense des droits de l’homme, dont Human Rights Watch, qui rappelle les pratiques de l’Etat syrien visant à « arrêter, juger et harceler les intellectuels et militants politiques et des droits humains », en usant de diverses méthodes d’intimidation et de coercition. « Toute relation avec la Syrie doit comporter une discussion ouverte sur les problèmes relatifs aux droits humains, y compris le sort des prisonniers politiques et d’autres Syriens victimes d’exactions », a déclaré Sarah Leah Whitson, directrice à Human Rights Watch pour le Moyen Orient et l’Afrique du Nord. « Les autorités de Damas continuent à harceler toute personne qui ose les critiquer. »
Les bloggeurs syriens, en particulier, embarrassent le pouvoir, qui, s’il contrôle la presse, a plus de mal à museler l’information sur le web. Tous les événements du Newroz 2004, ou l’agitation…

Agenda de la semaine

Image
TV
Jeudi 3 juillet : - à 22h15 sur Cinécinéma culte : Lettres dans le vent (nâmeh ye bâd) d'Ali Reza Amini, 2002.


à 1h00 sur France 3 : Terre et cendres (Khakesta o khak) d'Atiq Rahimi, 2004.


La vie merveilleuse de Dhû-l-Nûn l'Egyptien

Image
Comme l'intelligence et la ruse, les vertus de la futuwwa ou djavanmardî sont vues comme des qualités plus naturellement féminines, soit la sincérité, le désintéressement et le courage extrême ; ainsi le murshid de Dhûl-l-Nûn en Djavanmardî, fut une femme du Khorasan :

"La source des informations concernant Fâtima de Nîshâpur comme maître de Dhul-l-Nûn se trouve chez Sulamî, et elles ont été recueillies par Ibn al-Jawzî puis par Ibn 'Arabî. Le texte de Sulamî fait état de la grande admiration qu'avaient pour elle Dhû-l-Nûn et Abû Yazîd al-Bistamî ; il précise que c'est à La Mekke que Dhû-l-Nûn l'a connue et qu'elle est devenue son maître, il cite un certain nombre d'instructions spirituelles que Dhû-l-Nûn avait reçues d'elle, il mentionne qu'ils se sont trouvés à nouveau réusnis à Jérusalem, et il indique la date de sa mort à La Mekke en 223/838. Il nous est possible d'apporter quelques précisions supplémentaires, grâce aux recoupements que …

"l'adorateur solitaire de Sindjâr"

Image
Dans sa "Vie merveilleuse de Dhû-l-Nûn al-Misrî", qui est, au fond une collecte de "hadiths" concernant le mystique égyptien, Ibn Arabî rapporte une anecdote transmise par un cheikh alépin, du temps où lui-même vivait dans cette ville, sous la protection d'al-Malik al-Zahir, le 3ème fils de Saladin, qu'il introduit ainsi : "Dans ma demeure d'Alep, le cheikh éminent Abû Gânim Muhammad ibn Hibat Allâh ibn Muhammad ibn Abî Jarâda m'a dicté..." L'édifiant récit est une de ces innombrables rencontres que relate Dhû-l-Nûn, de fous solitaire ou de gnostiques souffrants, qui, en un dialogue amorcé par Dhû-l-Nûn, lui clouent le bec sur l'absolu de leur dévotion et ce très souvent avant de mourir sous ses yeux, histoire de bien lui montrer en actes ce qu'ils entendent, eux, par amour divin. Le nombre de soufis des deux sexes que Dhû-l-Nûn a vu ainsi mourir sous ses yeux, après qu'il les ait interrogés, est hallucinant. Il devait être…

Coup de projo sur : Mystère Trio

Image
Le seul jour de l'année où j'apprécierais d'être frappée de surdité est le 21 juin. Mais bon, les Kurdes ont décidé de s'y mettre aussi alors on va écouter toute la semaine le jazz manouche à l'unisson des Hewlêrî. La partie du programme qui prévoit des concerts dans les prisons a de quoi épater. Il ne doit pas y avoir beaucoup de pays voisins où l'on va faire la fête aussi avec les détenus. Imaginer la tronche des séides d'al-Qaeda et d'Ansar al Islam qui croupissent derrière les barreaux au Kurdistan, devant l'arrivée de ces groupes de musicos, kurdes ou non, des chrétiens, des yézidis, et peut-être même des femmes, a quelque chose de réjouissant : ils vont se plaindre de torture psychologique. Mais bon, le gouvernement l'avait promis à Human Rights Watch : ils allaient faire de leur mieux pour rejoindre le standard acceptable de l'Observatoire international des prisons, voilà un essai comme un autre...

Une nouvelle espèce de varan kurde ?

Image
ça a une allure de varan, la taille d'un varan, 4 m de long et 50 cm de hauteur des pattes avant à la tête, selon les estimations d'un responsable d'une organisation de déminage dans la région d'Akre (province de Duhok). Jamais un tel spécimen n'a été observé au Kurdistan ou en Irak, comme le confirme à la radio Sawa le directeur du département de zoologie de l'université de Duhok. Conclusion : soit des GI australiens en vacances au Kurdistan ont laissé échapper leur mascotte, soit les gaz neurotoxiques dont Saddam parsema abondamment la région à la fin des années 80 ont des effets inattendus sur la faune reptilienne. (source radio Sawa et PUK media).

Agenda de la semaine : Jean Kellens, philosophie islamique,

Radio : Du lundi 23 au vendredi 27 sur France Culture : - à 6h00 : Langues et religions indo-iraniennes - Métamorphoses du panthéon avestique ; cours de Jean Kellens. L'Eloge du savoir, Collège de France. - à 19h30 : Les Nouveaux Chemins de la connaissance : Toute la semaine, avec le professeur de philosophie Ali Ben Makhlouf (université Nice-Sophia Antipolis) pour présenter un philosophe arabe classique. Lundi : Al-Kindi (801-873). Mardi : Al-Farabî (872-950). Mercredi : Avicenne (980-1037). Jeudi : Al-Ghazalî (1058-1111). Vendredi : Averroès (1126-1198). Commentaire : On va se régaler. Mais un regret si cela s'arrête à Averroès, confortant le préjugé surtout occidental (par là j'entends monde européen et turco-arabe) que la philosophie islamique s'arrête après Averroès, alors qu'en Iran et en Inde elle a poursuivi une belle carrière, que ce soit en langue arabe ou persane. Ce n'est pas parce que le monde ottoman a été apparemment indigent en philosophie qu'il fail…

Fête de la Musique à Hewlêr-Erbil

Image
Mystère Trio à Erbil

La 1ère Fête de la Musique au Kurdistan irakien
Le 21 juin à Erbil, Dohouk et Suleymaniah

"Le 21 juin 2008, le Kurdistan irakien célébrera pour la première fois la Fête de la Musique à Erbil, la capitale, mais également à Sulaymanieh et Dohouk, villes principales des deux autres province de la région.

A l'initiative de cet événement, le ministère des Affaires étrangères et européennes, l'Ambassade de France en Irak et son Bureau d'Erbil, Culturesfrance et le ministère de la Culture du Gouvernement régional kurde (GRK) s'associent exceptionnellement pour monter cette première édition de la Fête de la Musique au Kurdistan irakien et proposent une programmation de musiques actuelles kurdes et françaises.

Plus de 35 groupes de musciens kurdes, assyro-chaldéens, yazidis... se produiront dans la région pour l'événement, sur des scènes officielles ou improvisées. Des artistes joueront également dans les hôpitaux et les prisons d'Erbil et de Suleym…

En Turquie comme en Iran, l'Etat lutte contre la délinquance juvénile

Un adolescent de 17 ans, Mohammad Hassanzadeh a été exécuté par pendaison le 10 juin dernier, à Sanandaj (Sine), capitale de la province du Kurdistan en Iran, pour le meurtre d'un garçon de dix ans, commis alors qu'il n'était lui-même âgé que de 15 ans. Un autre prisonnier reconnu lui aussi coupable de meurtre et âgé de 60 ans a été pendu en même temps que l'adolescent.

Dans un communiqué, l"Union européenne condamne vivement cette exécution, ainsi qu'Amnesty International : "Il s’agit de la dernière exécution en date d’un mineur délinquant, et en y procédant, les autorités iraniennes ont commis une nouvelle violation flagrante de leurs obligations internationales au titre du Pacte international relatif aux droits civils et politiques et de la Convention relative aux droits de l’enfant, qui interdisent de condamner à mort les personnes qui étaient âgées de moins de dix-huit ans au moment des faits qui leur sont reprochés. Elle met à mal les espoirs suscité…

Coup de projo sur : le trio Joubran

Image
Ils étaient à l'honneur samedi dernier sur ARTE (Improvisation). Si vous les avez manqués, une occasion de découvrir ces trois joueurs de 'oud palestinien, aux accents très rêveurs, un peu flamenco, un peu irakiens. Leur dernier album, Majâz est sorti en octobre dernier.

Notre bon ami Bachar

Au moment où l'invitation par la France du président syrien, Bachar al-Asad, pour les célébration du 14 Juillet, vient d'être annoncée, Human Rights Watch rappelle quelques vérités essentielles sur le régime baathiste, à l'adresse des pays occidentaux désireux d'accroître leurs relations avec ce pays :

"Les pays occidentaux qui cherchent à développer les relations avec la Syrie devraient être conscients que les autorités syriennes continuent à arrêter, juger et harceler les militants politiques et des droits humains, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. En mai 2008, les autorités syriennes ont arrêté un écrivain politique, ont ouvert le procès de deux militants et ont imposé des restrictions de déplacements à sept autres au moins. Avec de plus en plus d’appels dans les pays occidentaux à développer les relations avec la Syrie, Human Rights Watch a insisté pour qu’une amélioration de la façon dont ces militants sont traités soit au cœur de toutes les discussi…

L'agenda de la semaine

Image
Samedi 14 juin à 16 heures, présentation d'Etudes kurdes n°9, La Langue kurde, à l'Institut kurde de Paris, en présence des auteurs : Salih Akin, Sandrine Alexie, Ibrahim Aydogan, Sandrine Traidia. Institut kurde de Paris, 106 rue Lafayette, 75010, M° Poissonnière, Gare du Nord, Gare de l'Est. Entrée libre.

TV :

Samedi 14 juin à 18h00, sur ARTE : Sami et ses frères, le trio Joubran ; Improvisation.

Mardi 17 juin à 20h40, sur France 5 : Syrie, partie d'échecs aux frontières ; documentaire d'Amal Amelin des Essarts (FR., 2008). 65 mn, inédit.

Jeudi 19 juin à 22h10, sur Cinécinémaculte : Quelques kilos de dattes pour un enterrement, de Saman Salour, 2006. (rediff. 20/6 à 14h05, 22/6 à 8h05, 24/6 à 19h20, 26/6 à 3h10) :

"Sadry et Yadi, employés dans une petite station-service située auparavant au bord d'une route fréquentée, se trouvent livrés À eux-mêmes en pleine steppe depuis la construction d'une déviation. C'est l'hiver et la neige est abondante. …

Sezgin Tanrikulu : "Les Kurdes ne croient plus en des solutions démocratiques"

Le 20 avril, Sezgin Tanrikulu, le président du barreau de Diyarbakir, qui s'était déjà vivement heurté au Premier ministre sur la question du kurde en Turquie, a accordé le 20 avril une interview au journal Zaman, que je n'avais pas encore traduit par manque de temps, mais qui est toujours d'actualité parce que la question kurde en Turquie fait du sur-place :

"- Lors de votre rencontre avec le Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan vous avez eu une discussion sur "l'éducation dans la langue maternelle". Qu'entendez-vous par là ?

Cela recouvre différents aspects. "L'éducation de quelqu'un dans sa langue maternelle" signifie que c'est la langue utilisée à tous les stades de l'éducation. Mais "l'éducation de la langue maternelle" veut dire simplement l'apprentissage de cette langue. Même si je défend le droit à "l'éducation dans sa langue maternelle", dans les circonstances présentes, la Turquie n…