Articles

Affichage des articles du mai, 2007

Radio : Henry Corbin

Dimanche 3 juin à 1h00 sur France Culture : Les nuits.

- En islam iranien, par B. Latour. Entretien avec Henry Corbin, 1973.
- Civilisations contemporaines : l'Iran, par B. Latour, 1974.
- L'heure de culture française : L'Iran, le chiisme et l'ismaïlisme, 1957.

Hewlêr-Roissy

Image
Avant-dernier jour à Hewlêr, rencontre au Sheraton avec Bahman Ghobadi et Shahram Adili, un autre Kurde d'Iran, de Sine, et qui fait aussi du cinéma en plus de peindre des portraits d'enfants. Très sympas tous les deux, intéressants et décontractés, les Kurdes d'Iran, comme les Iraniens en général sauf les vrais bigots religieux mais ils ne sont pas les plus nombreux sont les plus libres d'esprit, de moeurs, et les plus cultivés. Si un jour je mets les pieds en Iran, je suis pas sûre de rentrer, je dois dire.
Après un dernier repas au Sheraton (c'est-à-dire qu'on s'est gavé des mythiques et succulentes ailes de poulets grillées du Sheraton), on débarque chez un avocat où Ahmet grognait et insistaient pour qu'on les rejoigne. Cet avocat était celui des Kurdes contre Saddam et raconte certaines choses, notamment que le calme de Saddam au moment de son exécution était dû aussi à deux injections de morphine juste avant, ce que j'ignorais. Roxane se fout…

Kirkuk

Image
Fournaise, ble et petrole, voila Kirkuk et sa plaine.


Pas vu un seul drapeau irakien en traversant Kirkuk, par contre le drapeau kurde est partout.



Le lendemain, départ, enfin retour pour Hewler, mais le système des taxis ici, dépendant du Garaj est pénible et frise l’arnaque. Le seul avantage est que nous avons le choix de passer par Kirkouk ou Koya. Naturellement on opte pour la première option. Mais rien de sensationnel, enfin si, dans le sens où le calme de Kirkouk est stupéfiant, bien loin des images que l’on en donne. Surtout, l’absence totale de contrôle, que ce soit des peshmergas ou des ASAISH, sur la route reliant Silêmanî à Kirkouk nous étonne. Seuls quelques policiers indifférents, nous laissant passer d’un geste. Il est impossible de s’apercevoir à quel moment on sort de la Région du Kurdistan, d’autant plus que même en traversant Kirkouk les drapeaux kurdes sont partout, et que seuls quelques tanks de l’armée irakienne, garés le long de la route, portent en petit le drap…

Halabja

Image
"Entree interdite aux Baathistes', celle la je l adore.



Un millier de steles dans le cimetiere, chacune portant les noms de toute une famille. Halabja recut assez de bombes pour aneantir trois villes comme elle.


Reconstitution d un homme tenant un bebe dans les bras et d un cliche qui fit le tour du monde. La maison existe toujours a Halabja.

Plus de 5000 personnes sont mortes entre le 16 mars et le 17 mars 1988, mais beaucoup de victimes n ont pu etre identifiees et des disparus jamais retrouves. Ici les noms des victimes connues couvrent toute la salle.

Musee memorial de Halabja
A Halabja, le mémorial n’est plus qu’une ruine, ses salles dévastées, depuis l’émeute sociale qui a porté 7000 personnes à le dévaster et le brûler. La raison en est le mécontentement des habitants sur l’état de délabrement, le manque d’infrastructures et l’abandon dans lequel est laissé la ville. Depuis 1991 elle n’a jamais été recnstruite. Tenue par les islamistes jusqu’en 2003 en gros, depuis rien …

Koya, Silemani, le Shahrazur

Image
Le Shahrazur, une très belle plaine, un lieu occupé par les Kurdes depuis longtemps, et le lieu de naissance de Shams ad Din Shahrazuri, biographe des philosophes et commentateur de Sohrawardi.



A Koya, on sent tout de suite qu’on atteint le sud. Il fait déjà chaud comme au début de l’été et les montagnes sont déjà jaunies et terreuses. Comme on passe aussi en zone UPK, on peut remarquer que le niveau de vie semble plus bas, la ville plus pauvre. Et ils ont encore moins l’habitude de voir des « touristes » se promener comme ça. Ce qui fait qu’après un tour dans le bazar, on fait connaissance avec les ASAISH. Bon, depuis la Turquie on a l’habitude mais il faut admettre qu’ici ils se donnent un mal fou pour avoir l’air pro et inflexibles… au moins une minute. En nous promenant dans quelques bureaux on est vite l’attraction des jeunes recrues hilares et ravies. Quant aux policiers en civils, d’habitude (je veux dire en Turquie) c’est les pires, inquisiteurs et parfois hostiles. Là ils fon…

Shaqlawa

Image
Bêxal et Geli Ali Beg sont le lieu de pique nique favori dans la région de Hewlêr







On repasse le matin chez Ibrahim Hassan qui a l’air étonné de ce qu’on ne vienne Entre temps rien lui demander de plus, seulement le saluer et le remercier, à croire que le PDK se ramasse toujours les emmerdeurs exigeants. Entre temps le Pîr appelle et libéré de sa session parlementaire, annonce qu’il sera là à une heure. Il arrive alors qu’on est encore au bureau du PDk, et on n’a qu’à retraverser la route, d’une guérite de peshmergas à une autre, pour le retrouver à l’hôtel medya.

En route pour les attractions écologiques de la région, Geli Ali Beg, Bêxal, sur une route superbe. J’avais déjà vu une des chutes d’eau mais en été et là elles sont encore plus impressionnantes. Après la balade en montagne, on atterrit à Shaqlawa, qui depuis 1994 n’a finalement guère changé je trouve, sauf qu’il y a plus d’hôtel, que ce n’est plus ni l’embargo ni la guerre civile, mais en fin de compte la ville a gardé son ch…

Salahaddin

Image
Les fameuses tombes


sur la route au dessus de Salahaddin





Citadelle de Salahaddin
Le lendemain expédition à Salahaddin. Le taxi s’arrête devant l’hôtel Midya et demande s’il y a de la place. Il revient en disant que non et c’est en faisant demi tour qu’il se fait stopper par les peshmergas, qui l’engueulent en alléguant qu’il n’avait pas le droit de s’arrêter et de passsr par là (les plots de sécurité signalaient la présence d’une réunion d’officiels, et donc d’un dispositif de sécurité. Le chauffeur proteste, comment pouvait-il le deviner. On sort du taxi, je me mêle à la conversation en riant (parce qu’en fait les regards des peshmergas se donnaient beaucoup de mal pour être sévères mais étaient très amusés), Roxane se marre, finalement ils laissent partir le chauffeur et nous amène à l’hôtel où d’un seul coup, miraculeusement il y avait de la place. Bon c’est plus une caserne à peshmergas qu’un hôtel disons qu’il n’y a que 5 chambres, et on croise toute la journee des peshmerga en u…

Hewler-Salahaddin

Image
Hewleri en culottes courtes


au bazar de Hewler toujours les sourires ils doivent se demander ce qu on trouve en France vu qu ici on photographie meme les fromages comme si on en avait pas chez nous.


Dîner au bureau d’Ahmet Zeki. Lui, avec les années, il ne change pas, toujours marrant et adorable ? Comment juger à l’aune commune ce fou magnifique ? Avec la vie qu’il a eu, garder cette énergie et ce rire secret, sous ses bougonneries et ses indignations foudroyantes. Et cet enthousiasme pour les écrivains, la pensée, les philosophes, son rêve de tout traduire en kurde… Attablés sur la terrasse, bière en main, dans l’air doux du soir, dans Hewlêr paisible, on s’est remémoré nos souvenirs. - Depuis quand on se connaît, demande Ahmet, 2000 ?
- Tsss… 1999. Mars 1999. Il hoche la tête épaté par la précision et avec Roxane on affine. - On peut trouver le jour. Attends, le 19 mars on est arrivé à Van. Le 20 on s’est fait expulser, le 21 on était au Newroz avorté d’Istanbul.
- Le 23. C’était le 2…

Duhok-Hewler

Image
Hewler sous la pluie (mais si mais si)




Porte de la citadelle d Amadiyala plu ancienne kurde du monde qui a 3000 ans

vue de la porte d amadiya










vue d amadiya la plus ancienne montagne kurde du monde




Retour à Duhok, avant hier donc. On vouait retourner à Lalesh mais décidément le temps, en ce moment, c’est pluie et vent. On trainaille dans Duhok et son bazar en s’ennuyant grave, au point qu’on en est à photographier des légumes et Roxane se déchaîne même sur les œufs. Le soir dîner à l’hôtel Jiyan avec des collègues de l’institut, des conférenciers linguistes et Monseigneur Raban, dont je ne me souvenais pas qu’il était si grand. Quelle allure ! Droit et mince dans sa tenue noire et pourpre, les yeux bleus et perçants, la parole haute et le geste énergique, avec cela très drôle ; très sympa, et très paparazzo, toujours l’appareil photo en main à mitrailler les tablées.

Le lendemain matin départ pour Hewlêr et à la réception je me tape la honte de ma vie. J’avais vraiment cru que le Pîr Xidir…

Zaxo et Amedi

Image
AMEDI EST LA PLUS BELLE VILLE DU BAHDINAN COMME J AI OUBLIE LES PHOTOS DE LA PORTE CE SERA POUR PLUS TARD
en face frontiere turque avec la vigilante armee de la republique ; puis le village chaldeen ; et derriere le pkk.



je me sais pas ce qu ils font aux coquelicots mais ils sont d un rouge dix fois plus intense qu en europe et en plus il y en a des cha;pes entiers en mai. D ailleurs pour dire coquelicots on dit fleur de mai




Toute la richesse et le malheur du pays en une photo :eau, verdure, montagne, terre fertile et petrole qui fume derriere



les troupeaux de chevres au Kurdistan c est pas de la frime ca court de partout quand on en croise un




Arrivée à Zakho une heure après. Evidemment, Ephrem nous avait seulement dit d’aller voir son cousin à Zakho. Heureusement que j’avais pensé à demander son nom. Le problème c’est que je ne sais pas dire évêque en kurde, et d’ailleurs je ne crois pas qu’ils aient un mot pour ça, et en araméen je sais pas non plus. Bon, on cherche un hôtel, on en …

Duhok

Image
Au bordel



TEMPLE KURDE LE PLUS ANCIEN DU MONDE COMME TOUJOURS


PETIT DEJ PRESQUE PARFAIT MAIS SANS CAFE


Le lendemain à Duhok, visite de la grotte çarstin, un ensemble qui fait très néolithique qui est présenté comme voué à Anahita et pour bien montrer que c’est la preuve que les Kurdes sont les plus anciens du monde avec la religion la plus ancienne du monde, on a en plus des stèles représentant le premier roi mède « premier empire du Kurdistan unifié » et Ahura Mazda. Bon la grotte est une caverne avec quatre piliers marrants taillés au centre. Sinon, jolie vue autour sur la montagne et le barrage, avec une cascade.

Ensuite Dream City, le parc, piscine, bowling, jeux video et cinéma d’épouvante, accolé à un « Supermarcket », dont les Kurdes et surtout les Duhoki sont très fiers. Il y a de quoi, c’est sur l’emplacement de l’ancien complexe palatial qu’avait fait construire Saddam en rasant tout autour. Que les Kurdes, au lieu d’en faire un énième mémorial, aient transformé ça en aire de …

Duhok-Lalish

Image
Lalish :entree du Temple
Départ pour Duhok en taxi. Deux heures et demi de route, mais c vrai que les chauffeurs ici roulent vite. En quittant Erbil pour Duhok on retrouve vraiment la montagne. Après avoir déposé les bagages dans un motel (Duhok est friqué et touristique, il y a plus de motel que d’hotel et nous voilà à camper dans un grand macin avec salon, cuisine et deux chambre, le tout aux ¾ inutiles. On essaie de trouver l’évêché et le lucée international, mais sans grand succès et puis décidément avec les chrétiens les ondes ne passent pas. Par contre avec les Yézidis ça démarre tout de suite. A peine ai-je envoyé un SMS au contact qu’Ozlem m’avait donné que j’ai un coup de fil une heure après. Khadir dit qu’il n’a qu’une heure de libre aujourd’hui mais veut savoir où on est. Devant mes supputations embrouillées (j’avais pas vu qu’on était juste devant l’université) il dit qu’il rappellera une heure plus tard. En fait il rappelle 10 minutes plus tard pour dire qu’il nous attend …
Image
10/5. Le lendemain, visite sans intérêt à Ankawa, la banlieue des chrétiens, qui est l’endroit le plus moche de la ville, le plus morne, le plus sinistre, avec les habitants les moins sympathiques du coin, qui est mystérieusement le plus cher et le plus côté, même par les Kurdes, et pas mal d’officiels y vivent. Grand bien leur fasse, on me paierait pour y vivre, que je préférerais le quartier de la Citadelle.



D’ailleurs on y retourne, pour voir le musée du textile en fait des tapis et tissages traditionnels kurde. Très joli musée, explosion de couleurs, rouge, orange, bleu turquoise profond. Certains tapis me coulent sur place comme de superbes tableaux abstraits. Je tombe particulièrement amoureuse d’un grand tapis, aux lignes, fines, princières, aux couleurs harmonieuses : un tapis de Sine, ça ne m’étonne pas.

PHOTOS SANDRINE ALEXIE NON LIBRES DE DROIT

Hewler 3

Image
Hier matin, donc, comme Roxane l’a raconté, elle envoie un SMS à Khasro et s’entend intimer l’ordre de bien noter le numéro de téléphone avec lequel elle venait de le contacter. Non mais de bien le noter surtout. Leur logique m’éclatera toujours… Dans la série « passons pour des branques à cause d’eux », il nous demande de le rejoindre au Diwan du Président, en face du Parlement (vachement difficile à trouver) et dans la crainte qu’on ne sache y aller seules, nous demande de prendre un taxi « mais kurde, hein le taxi, surtout prends un kurde. Ou demande à la réception un taxi kurde".

Ben voyons. Je nous vois très bien arrêter les taxis les uns après les autres, en leur demandant « Tu es Kurde toi ? Non ? Ben dégage alors. » Ou bien de demander à la réception de l’hôtel, dont certains sont peut-être Turkmènes d’exiger qu’il nous trouve un taxi "mais 100 % kurde, hein, parce qu’on ne veut pas d’un qui pue ta race. " Bon d’accord, c’était peut-être par sécurité (l’attentat …

Hewler 2

Image
Hier on a démarré cool par un café au lait et une part de gâteau au Sheraton, puisqu’on s’était levé trop tard pour le petit déj du Shereen. Internet café jusqu’à deux heures, et le parc Sami Abdul Rahman avec sa roseraie splendide, enfin vu de jour.




A cette heure là, c’est calme (pas de ciné en plein air, pas de musique) et surtout fréquenté par des étudiants, venus réviser au frais (l’université n’est pas loin).






Naturellement, beaucoup ont envie de se faire prendre en photo, mais seuls ils n’osent pas trop.


En passant devant un groupe avec deux gamins, j’entendais les plus âgés chuchoter et inciter les deux mômes à venir nous aborder pour qu’on puisse parler ensuite, ne sachant pas que je les comprenais. L’un d’eux venait d’Allemagne, d’ailleurs, comme quoi ils reprennent leurs manières de timides sur place. Et puis après qu’on ait bavardé un peu, les plus grands osent enfin demander une photo. Et maintenant qu’on avait tout à fait fraye, une photo avec moi entre les deux aînés. De tou…