Articles

Affichage des articles du avril, 2007

La gloire de Pûr-e Pesheng

Shams ad-Dîn Pashang ibn Yûssuf Shâh, prince de la dynastie des Grands Lurs Fadlaway, fut atabeg du Luristan de 1356 à 1389 ou 757-792 H. Il succéda à son oncle paternel, qui répondait au joli nom de Nûr al-Ward, soit Lumière de la Rose et perdit sa principauté quand elle fut conquise par le Mozaffaride Mobarez ad-Dîn, lors de sa troisième grande campagne qui lui soumit aussi Chiraz et Ispahan. Lumière de la Rose avait de plus épousé le parti du prince indjouide rival de Mobarez. Son neveu, Pashang ne commit pas la même erreur et se dépêcha de faire allégeance au Mozaffaride. Dans son Histoire des princes kurdes, au chapitre des Grands Lours, Sharaf Khan de Bitlis ne mentionne même pas l'infortuné Nûr al-Ward dans la liste des souverains, se contentant de l'évoquer dans la brève notice qu'il consacre à Shams ad-Dîn Pashang : "L'Atabag Pashang fils de Yussuf Shah : Il fut investi de l'administration de ce pays après son oncle paternel et mourut après un règne de …

Cette semaine, coup de projo sur : Arménie Sources I

Image
Avec Yeghish Manoukian, Gagik Mouradian et Araïk Bartikian, nous retrouvons un ensemble assez courant : kementçe, percussion et vent mais le duduk, là où dans la musique kurde on entend plus souvent la zorna, donne un ton plus sombre, plus dramatique. Si la zorna est songearde, mélancolique, le son du duduk peut être franchement poignant et les accents parfois déchirants du kemençe de Gagaik Mouradian n'allègent pas l'atmosphère. Un CD très beau, d'une très grande intensité, à éviter les jours de cafard (ou bien au contraire pour accompagner un spleen en beauté).

La Convocation d'Alamut

Image
"Savoir effusant depuis le Hojjat, enseignement qui va des maîtres aux élèves, tissant entre eux la réciprocité du don et de l'obédience, omnicommunication de la gnose : plus il y a de savoir, plus grande est l'obédience, plus stricte est la discipline. L'Ordre graduel est un couvent de lumière, une clôture dont les murailles ont la transparence de la vérité, où le règlement intérieur interdit d'interdire, forclôt la loi, systématise l'usage de la liberté en vertu d'une éthique sévère du dépassement de soi-même."

Christian Jambet, Introduction à La convocation d'Alamût: Somme de philosophie ismaélienne = Rawdat al-taslim (Le jardin de la vraie foi) de Nasir od-Din Tusi.
Nasir od-Dîn Tusî a parfois quelque chose d'un peu agaçant dans son partisanisme obstiné qui le fait tordre toute théorie des âmes et de l'Être dans le sens de l'ismaélisme, sans que sa démonstration ou sa réfutation des autres systèmes soient impeccablement convaincantes…

Radio : soufisme, le père Anis, tarab

Samedi 28 avril sur France Culture à 23 h : Les Vivants et les dieux. Rencontre de soufis, avec Cina Azimi iranien d'origine, de la tradition du Tassawof, ancien ingénieur, actuellement au Centre soufi l'Universel fondé par le Pir Hazrat Inayat Khanet et Shanawaz Hulot, d'origine française. Par Michel Cazenave.

Mercredi 2 mai sur RCF à 13h30 : Témoin aujourd'hui. Le père Anis, dominicain irakien. Par L. de Traversay.

Jeudi 3 mai sur France Culture à 21h00 : Décibels. Le Tarab, avec Christian Poché, ethnomusicologue et Fadhel Messaoudi, joueur de 'ud. Par Jeanne -Martine Vacher, avec Sylvain attal.

L'Agression

J'ai toujours aimé Konrad Lorenz, et les pépites d'humour ou de sagesse subtiles qu'il sait distiller au cours de ses observations.

"... les coraux ayant l'habitude de se développer tout comme les cultures sur les cadavres de leurs ancêtres."

"J'avais toujours eu un certain flair pour les problèmes biologiques intéressants."

"Et voilà que s'offrit à nous la merveilleuse occasion de pouvoir compter quelque chose. Dès que l'homme des sciences "exactes" trouve quelque chose à compter, il en éprouve une grande joie, parfois difficilement compréhensible aux non-initiés."

"L'homme normal civilisé ne fait en général connaissance avec l'agression que lorsque deux de ses concitoyens en viennet aux mains, ou que des aniamux domestiques se battent ; il n'e voit donc que les effets néfastes, et ils lui paraissent d'autant plus néfastes qu'il peut constater l'escalade effrayante qui va de deux coqs se disp…

Conférence : les Chrétiens d'Irak

Samedi 28 avril
à 16h00
Conférence

L'Avenir des Chrétiens en Irak


Par Ephrem-Isa Youssif, de retour du Kurdistan d'Irak après un Congrès des Assyro-Chaldéens, dans la perspective du référendum sur la province de Kirkouk.

Institut kurde de Paris, 106 rue Lafayette, 75010 Paris. M° Poissonnière. Entrée libre.

Cette semaine coupe de projo sur : Avat

Image
Aziz Shahrox est un fameux chanteur kurde de Mahabad, ville où il a passé toute sa vie. La musique de l'album Avat est arrangée et accompagnée au kemençe (vielle) par un autre célèbre musicien kurde d'Iran, qui est, lui, de Sine : Sa'id Farajpûrî, qui est un des membres de l'ensemble Dastan. Chant : Aziz Shârokh
Ud: M. Firouzi
Bâlâbân et Sornâ: H. Hamidi
Divân et Bamtâr: B. Sâ'ed
Daf, Tombak, Dâyereh, Dohol: S. Tarif
Kamâncheh: S. Farajpuri


La route vers l'UE ne passera par Mardin

Image
Bien que la nouvelle risque de passer inaperçue en raison des meurtres de Malatya, l'acquittement des quatre policiers inculpés du meurtre (volontaire ou non) d'Ahmet Kaymaz et de son fils Uxur, vient finalement poser une fois de plus le problème d'une citoyenneté à deux vitesses en Turquie, non pas seulement en raison de la religion ou de l'ethnie, que du territoire géographique. Au "Sud-Est", c'est-à-dire au Kurdistan de Turquie, existent encore des zones de non-droit, où les exécutions extra-judiciaires, même si elles ont spectaculairement décru ces dernières années, ont tout de même encore lieu et, si elles sont le fait de fonctionnaires de police ou de soldats, bénéficient encore d'une extraordinaire indulgence, quand ce n'est pas d'une totale impunité.

Rappelons les faits : en novembre 2004, dans le village de Qoser, (région de Mardin), Ahmet Kaymaz (31 ans et son fils Uxur Kaymaz (12 ans) ont été tués par les forces de sécurité turques, …

Conférence

Les Cercles de formation de l’EHESS et l’IISMM ont le plaisir de vous proposer deux séances exceptionnelles autour d’Orhan Pamuk, Prix Nobel de littérature :

« Ecrire Mon nom est rouge »
Le jeudi 26 avril, 19h à 21h

Conférence donnée en anglais
En présence de Danièle Hervieu-Léger, présidente de l’EHESS, Jean-Philippe Bras, directeur de l’IISMM, Hamit Bozarslan, co-directeur de l’IISMM, et Jean-Frédéric Schaub, directeur d’Etudes à l’EHESS.

Amphithéâtre de l’Ehess, 105 bd Raspail, Paris, 75 006.

Entrée libre, inscription recommandée auprès de Yasmina Dahim : yasmina.dahim@ehess.fr

« Les pouvoirs du roman : le social sous le regard de la littérature »
Le samedi 28 avril, de 14h30 à 16h30


Conférence suivie d’une discussion avec Judith Lyon-Caen, Jean-Frédéric Schaub, François Georgeon et Hamit Bozarslan, historiens et anthropologues.

Amphithéâtre de l’Ehess, 105 bd Raspail, Paris, 75 006.

Entrée libre, inscription recommandée auprès de Maria Teresa Pontois : maria-teresa.pontois@ehess.fr

La con…

Radio : génocide arménien,

Dimanche 22 avril à 8h00 sur France Culture : Foi et tradition. Le Génocide des Arméniens, avec Raymond Kévorkian. J. P. Enkiri.

Plotin

Porphyre parle de la douceur de Plotin, de sa bonté, par exemple quand il hérite du tutorat d'enfants de la noblesse romaine, confiés à lui par leurs parents avant de mourir : "Porphyre décrit Plotin en véritable intendant, vérifiant les comptes des enfants dont il était le tuteur, allant jusqu'à faire réciter leurs leçons à certains d'entre eux, intervenant lors d'incidents domestiques ou répondant encore à des demandes d'arbitrage. Le disciple évoque le souvenir d'un homme attentionné : Il était doux, à la disposition de tous ceux qui, d'une façon ou d'une autre, se sont trouvés en relation avec lui." (9. 18-20).

Il y a, à la fin du traité démonstratif de Plotin sur l'immortalité de l'âme, un ajout qui détonne, un mot de la fin à l'usage de ceux qui ne philosophent pas, qui est comme une conclusion bénigne, rassurante, et qui, je ne sais trop en quoi, éclaire la gentillesse simple de Plotin :
"15. Eh bien, nous avons dit ce …

Roger Lescot et Nîma Yûshidj

Image
Un des premiers grands kurdologues français, Roger Lescot, était aussi un très bon traducteur, de kurde (Memâ Alan) et de persan. Ainsi Afsâneh, du poète persan Nîma Yûshidj, a, grâce à lui, une belle version française.




Extraits :

"Dans la ténébreuse nuit, un fou,
au coeur épris d'un reflet fugitif,
hôte d'une vallée froide et déserte,
semblable à la tige d'une plante flétrie par le gel,
raconte une histoire d'affliction.

Il a perdu le fil de son récit
où il est question d'appât et de piège.
De tout ce qui fut déjà dit, il lui reste à dire
d'un coeur égaré le message qu'il détient.
Conte d'un rêve trouble."

"Afsâneh :

De semblables victimes,
sur ce chemin glissant, nul n'en vit encore.
Ah ! Que de longtemps on conte cette histoire :
"De la branche un oiseau s'est envolé
il n'en reste que le nid.

Des nids de cette sorte,
la main du vent tous emporte..."
Sur cette route il y a des voyageurs
qui souffrent et chantent de chagrin...
Celui-ci é…

Bruits de guerre ou pas ?

Petite escalade de petites phrases, vite retombée comme un soufflé ou vrais préparatifs de combat ? En tous cas, Massoud Barzani a demandé aux forces kurdes de se tenir prêtes face à une incursion turque, tout en appelant de ses voeux, tout comme son Premier Ministre, des pourparlers bilatéraux avec la Turquie. Dans le même temps, le PKK basé à Qandil menace (comme toujours) de rompre le cessez-le-feu en cas d'intervention militaire. Ce qui amènerait la Turquie à se battre sur deux fronts, l'un interne et l'autre méridional.

Par ailleurs on peut douter de l'efficacité d'une attaque contre Qandil pour ce qui est de vraiment pulvériser les bases du PKK. Les "villages" ou campements permanents seront détruits, c'est tout et il y a fort à parier que les Peshmergas fermeront les yeux si des fugitifs kurdes de la guerilla se replient plus bas, voire peuvent même les aider discrètement à passer...

D'un autre côté, dans le New Anatolian, Ilnur Cevik prétend…

Shaykh Jâgir Kurdî

Sur Rûzbehân de Shirâz : parmi les maîtres spirituels qui ont eu "une importance particulière pour la détermination de sa courbe de vie", il est fait mention "du solitaire kurde, le Shaykh Jâgir Kurdî (ob. 591)."

"Il est presque certain qu'il séjourna en Irâq ; c'est aux environs de Samarra où séjoutnait le shaykh Jâgir Kurdî, qu'il dut rencontrer celui-ci."

"A son propre témoignage encore, il trouva un autre morshîd en la personne du Shaykh Jâgir Kurdî, le solitaire d'origine kurde, établi à Qantarat al-Risas, près de samarra, où il accueillit Rûzbehan et où ilmeurt et est enseveli en 590 h. selon Jamî (en 591 selon Rûzbehân). De lui sont rapportés ces propos :

"Si quelqu'un est le témoin occulaire de Dieu dans le secret de sa conscience intime, le monde s'évanouit de son coeur. "

"Je n'accepte l'engagement de personne au nombre de mes disciples, avant d'avoir vu son nom inscrit sur la Table préservée…

Cette semaine, coup de projo sur : les Razbar

Image
Le groupe Razbar est un groupe de derviches ahl-e Haqq (ou Yaresan). Comme Ostad Elahi ou Ali Akbar Moradi, ils ont à coeur de faire connaître la très belle liturgie de leur religion, avec ses hymnes dédiés aux cinq Anges amenés à se réincarner plusieurs fois, dont Alî, Dawûd, Benyamîn, et des Sheikhs locaux. Les instruments du zikr (récitation des noms divins ou de saints) joués lors du Djâm (l'équivalent du semâ) sont le tanbûr, le daf et le kemençe (viole).

Exposition : Trésors du quotidien ? Europe et Mediterranée

Image
Du 31 mars au 24 septembre 2007

Au Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée

Trésors du Quotidien

"Utiles : tels sont souvent les trésors du quotidien. On les fabrique, on les bricole, on les protège, on les entretient, on les répare, parce qu’ils garantissent à leur utilisateur la survie dans un milieu naturel divers et puissant. Ingéniosité, adaptation au milieu, même les plus rustiques déploient toutes les facultés individuelles et collectives d’intelligence humaine. En nos temps d’inquiétude sur l’avenir d’une planète mise en danger par la surexploitation technologique, ils font réfléchir sur un meilleur équilibre possible avec la nature, et sur d’autres valeurs que celles de la consommation, de la croissance et du profit."

ouvert tous les jours de 13h à 19h sauf le mardi.
Espace Georges Henri Rivière
Fort Saint-Jean
Esplanade Saint-Jean
Marseille 13002
Tel +33 4 96 13 80 9

Tarifs
3,50 € plein tarif
2,50 € tarif réduit
Pour connaître les tarifications spéciales
et cas …

al-Hallaj, les yézidis, les Alévis et les autres

Image
Le mystique Husayn Mansûr "al-Hallâj" est considéré comme une des grandes figures religieuses des Yézidis qui lui ont consacré un beau qewl (hymne), principalement sous forme de dialogue entre lui et sa soeur Khadjé, et qui a aussi sa ziyaret à Lalish, près de Sheikh Adi. Dans sa préface à la traduction du Dîwan, Louis Massignon évoque l'importance du culte de Hallâj, aussi répandu que celui de Khidr.

"Tel est le type de sainteté qu'exaltèrent alors, dans le peuple turc nouvellement converti, les poèmes de Yesewî, puis de Nesimî, et la ritualisation symbolique du "gibet de Mansûr Hallâj" dans l'initiation à l'ordre des Bektashis, diffusée chez les janissaires ottomans. En poésie turque, Hallâj reste le "saint par excellence", le crucifié (ou pendu) au visage incliné "comme la rose qui se penche". (Qasîda de Lâmi'î, dédié à Soliman le Grand.) 'Attâr est aussi, avec 'A. Q. Hamadhanî, à l'origine de la dévotion d…

TV, Radio, concert, exposition : Vodka Lemon, Arménie, musique arménienne

TV

Lundi 16 avril à 20h45 sur Cinécinéma culte : Vodka Lemon, de Hiner Saleem. 2003.

Radio

Dimanche 15 avril, à 17h00 sur RCF : Histoire de l'Arménie, avec Jean-Luc Pouthier. D. Fouilloux.


Concert

Armenia : mercredi 11 avril, 20h30, à l'Athénée-Louis Jouvet. Musique de chambre arménienne des XX° et XXI° siècles. Avec Jean-Marc Phillips-Varjabédian (violon), Vahan Mardirossian (piano) et Xavier Phillips (violoncelle).
4 square de l'Opéra, Paris IX°. 01 53 05 19 19. (20-25 e).


Exposition

Les Chemins de l'Arménie, Musée Arménien de France, jusqu'au 22 avril : Objets religieux, livres précieux, peintures, sculptures. 59 avenue Foch, Paris XVI°. 06 79 94 74 89. Entrée libre.

Moines et Brigands

" La Djezireh : un immense paillasson que strient de portées de musique les fils télégraphiques. Sur les poteaux, de loin en loin, un oiseau de proie."

Jacques Soubrier.

Dernière prise de bec

Image
Globe photo






Ayant réclamé l'ajournement du référendum qui doit se tenir à Kirkouk à la fin de l'année, la Turquie a eu la douloureuse surprise de se voir répondre, par le président du Kurdistan : "Si vous vous mêlez de vos affaires, on peut se mêler des vôtres."

C'est en effet, en gros, le message qu'a adressé Massoud Barzani à propos des menées turques visant à empêcher la tenue du référendum de Kirkouk : "Nous ne laisserons pas les Turcs intervenir à Kirkouk", a déclaré Barzani sur la chaîne al-Arabiyah.

Naturellement l'intervieweur a fait remarquer que la Turquie, tout de même, militairement c'était pas trois pétoires et un char poussif. Réponse du président :

"Je ne crains pas leur puissance militaire. Quelque puissante que soit leurs forces armées, elles ne pourront jamais l'être autant que Saddam. Je ne crains pas leur puissance militaire ou diplomatique, car ils interviennent dans une affaire qui ne les regarde pas. Ils interfère…

des consciences où se lèvent les aurores

Image
« Notre cause est difficile. Pour la soutenir, il faut des consciences où se lèvent les aurores, des cœurs embrasés de lumière, des âmes saines, de belles natures. »

Entretien du VI° Imâm, Djafar al-Sâdik avec Mu’zafal ibn ‘Umar al-Djufî’, II° siècle de l’Hégire, VIII° siècle du calendrier Julien.

En Islam iranien

Henry Corbin critique sévèrement "l'agnosticisme", auquel il redonne son sens étymologique, en la reliant en tous cas autahtilarabe, qui est le refus de la gnose, plus que le "attends-toi à tout".

"En Occident, nous avons pris conscience que nos idéologies sociales et politiques ne représentent le plus souvent, en fait, que les aspects d'une théologie laïcisée. Elles résultent de la laïcisation ou la sécularisation de systèmes théologiques antérieurs. Cela veut dire que ces idéologies postulent une représentation du monde et de l'homme, d'où a été éliminé tout message d'au-delà de ce monde. Si loin que se projette l'espérance des hommes, elle ne franchit plus les limites de la mort. La laïcisation ou sécularisation de la conscience peut être constatée, par excellence, dans la réduction du messianisme théologique à un messianisme social pur et simple. L'eschatologie laïcisée ne dispose plus que d'une mythologie du "sens de l&…

Cette semaine coup de projo sur : l'église syriaque d'Antioche

Image
Après avoir évoqué la liturgie chaldéenne avec Warda Gulan, et arménienne avec les Sharakan, pour Pâques, voici des cantiques de la Semaine sainte selon le rite syrien d'Antioche.

L'Eglise syriaque d'Antioche aurait été fondée en 37 par Pierre lui-même, en cette ville. Son patriarche, actuellement à Damas, porte toujours le titre de "Patriarche d'Antioche et de tout l'Orient" (en toute modestie et naturellement le titre est revendiqué par d'autres églises d'Orient, pour suivre toute l'histoire, c'est par ici). Par ailleurs, en raison des aléas de l'Histoire, le Patriarche connut plusieurs résidences : Malatya du XI° au XII° siècle, Mardin jusqu'en 1924, puis Homs, et enfin Damas.

L'église d'Antioche compte, entre autres, un archidiocèse de Djezireh et d'Euphrate, un à Mossoul, un archidiocèse du Tour Abdin, un à Mardin, un diocèse pour Adiaman et Kharput.

Ce CD a été enregistré à Alep, avec les membres des choeurs des élig…

Moines et Brigands : aventures iraniennes

"Le trajet n'en finit pas. Les chevaux sont fourbus, baissent le nez. Après les haltes on a toutes les peines du monde à les faire repartir. Les hommes aussi commencent à rechigner. Depuis trois jours nous ne dormons presque plus. Et les étapes nocturnes usent les nerfs. C'est une tension d'esprit continuelle, une anxiété de chaque instant. Il y aurait sans cela de belles heures dans le silence de cette âpre nature, lointaine, et comme oubliée. Les rares hommes que l'on rencontre paraissent d'un autre âge. Chez les moines de l'Athos j'avais l'impression de vivre au XIII° siècle byzantin ; ici, chez ces brigands, on pourrait se croire à l'époque sassanide. Le changement de milieu finit par transformer votre comportement, modifie même l'individu en profondeur. Certaines notions s'estompent ; d'autres au contraire se revalorisent. La vie, la mort n'ont plus le même prix. D'ici, la France me paraît petite et lointaine, si loint…

6757, qui dit mieux ?

Après le Newroz kurde, voici le Jour de l'An des chrétiens des églises assyriennes et chaldéenne. Que la nouvelle année chrétienne ait repris le Nouvel an mésopotamien, lui-même issu du calendrier babylonien, rien de plus normal. En gros, que ce soit Newroz ou tout autre Nouvel an ça correspond à l'équinoxe de printemps, rien de plus logique, en Europe aussi la nouvelle année était souvent fêtée aux alentours de Pâques. Mais, comme le soi-disant calendrier kurde qui démarre en 700 av J.C ou en 612 av JC (date du premier royaume mède ou de la chute de Ninive prise par ces mêmes Mèdes), le calendrier "assyrien" et sa 6757° année semble une jolie et épique reconstitution post-historique de l'ascendance "purement assyrienne" des chrétiens de Mésopotamie, tout comme les Kurdes du Xoybûn se proclamaient Mèdes et Aryens face aux Turcs et aux Arabes et depuis le mythe du "pur Aryen descendant en droite ligne de Cyaxare" perdure...

En fait, les chrétie…