Articles

Affichage des articles du janvier, 2007

Radio, cinéma : Dunkerque, christianisme arménien, Sangatte, Dol

Radio :

Jeudi 1er février, à 20h30 sur France Culture : Les Pieds sur terre- Fuir la guerre vers le nord, près de Dunkerque, reportage avec des Kurdes irakiens et iraniens (rediff. du 7/9/06).

Samedi 4 février à 23h 00 sur France Culture : Les Vivants et les dieux - Les malheurs du christianisme arménien. Avec Annie Koulaksezian-Romy, déléguée du Centre du patrimoine arménien à Valence ; Claire Mouradian, CNRS. Par Michel Cazenave.

Lundi 5 et mardi 6 février, à 20h30 sur France Culture- Retour à Calais. A près la fermeture de Sangatte fin 2002, le point de vue des réfugiés réunis à Calais. S. Krolund.

Cinéma :

Dol ou la vallée des tambours : Reflet-Médicis III, 7 rue Champollion. M° Saint-Michel, Cluny. Séances à 14h20 et 19h10 sauf le mardi.



Shahram à Paris (re)

Image
Allez pour se consoler d'un sombre mois un rayon de douceur, de beauté, de force, de gentillesse, - Shahram quoi ! - en image et en sons.

Le pétrole kurde, les chiites et les Turcs

Image
Depuis plusieurs semaines une nouvelle loi se prépare sur la gestion des ressources pétrolières (et leur partage) en Irak, afin de réviser les dispositions prévues par la Constitution votée en janvier 2005. S'inspirant peut-être de l'exemple de la Région du Kurdistan, les Irakiens, qui ont désespérément besoin de fonds, souhaitent attirer les investissements étrangers sur leur sol. L'ennui est qu'investir dans des régions extrêmements dangereuses n'a rien d'emballant pour les sociétés étrangères, aussi l'Irax paraît décidé à mettre le paquet pour les attirer (on parle de 70% des revenus qui iraient aux compagnies).

Opposés à cette loi - ou extrêmement méfiants - les Kurdes voudraient garder et voir enfin appliquer les dispositions initialement prévues, à savoir que les revenus des puits de pétrole existant aillent entièrement à Bagdad, eux se réservant les profits des puits découverts après 2005. A vrai dire, le pétrole de Kirkouk s'épuisant, puisque c&#…

Cette semaine coup de projo sur : The Sharakan Early Ensemble

Image
Puisque malheureusement, c'est la "semaine arménienne", voici un très beau CD, qui fait partie de tout un ensemble couvrant l'ensemble de la musique arménienne, ancienne, contemporaine, classique ou traditionnelle. Ici, il s'agit du volume 2 consacré aux Sharakan, ces hymnes liturgiques chantés à voix seule. A côté du tar que l'on entend dans quelques morceaux, les instruments modernes(cordes et vent) font parfois regretter la râpe chaude de la vièle ou le son plus indécis mais au timbre plus riche des flûtes de roseaux (mais on ne va pas transposer en musique orientale la querelle des baroqueux vs instruments modernes, qui ensanglanta des générations de musiciens, brisa des familles unies et jeta des héritiers à la rue). Les arrangements semblent aussi parfois tempérer les mélodies de façon plus "occidentale", y a-t-on gagner à gommer des quarts de ton ? Mais la voix magnifique de la soprane Anna Mailian, sa conviction et son émotion, la très grand…

Le bras de fer de Kirkouk : derniers faits en bref et en résumé

Image
Le chef de la branche du KDP (parti de Massoud Barzani) de Kirkouk vient de lancer une accusation contre les services secrets turcs (MIT) les désignant comme auteurs d'actions terroristes dans la ville, contre des officiels et des civils.

A vrai dire cette accusation n'est pas une première, puisque depuis 1991 le MIT est régulièrement désigné (avec les Iraniens) par les Kurdes comme à l'origine d'attentat. Et l'arrestation deux ans auparavant, par les Américains, d'agents turcs armés près de Mossoul, déguisés en ONG montre que cela ne relève pas toujours d'un fantasme de complot. Nedjat Hassan affirme que les Forces de Sécurité de Kirkouk ont des preuves suffisantes pour étayer ces accusations, aussi bien pour sa ville que pour Mossoul.

Cette annonce intervient dans un mois tendu, attisé par la récente conférence fantoche à Ankara, organisé le 16 janvier sur la Turquie au sujet de Kirkouk. Je dis bien "fantoche" car aucun représentant du gouvernemen…

Commémoration

Image
Le samedi 27 janvier 2007
de 16h 00 à 20h30
Pour commémorer

la République kurde de Mahabad (1946-1947)


Table ronde au centre Jean Dame

17 tue Léopold Bellan

75002 Paris

M° Sentier



PROGRAMME

16h 00 : Accueil du public
16h15 : Table ronde "De la république de Mahabad à aujourd'hui"

Ouverture : projection d'images d'archives
Modérateur : Kendal Nezan - Introduction au débat.

Intervenants :
Joyce Blau, professeure des universités : La république de Mahabad vue par A. R. Ghassemlou ;

Chris Kutschera, journaliste : Conséquences de la république de Mahabad et comparaison entre Mahabad et le gouvernement du Kurdistan irakien;

Soheila Mameli : Contexte régional et international de la république : présentation des protagonistes et le rôle majeur des femmes ;

Shahab Vali, doctorant : Situation actuelle au Kurdistan iranien.
19h00 : Intermède poétique

19h30 : Spectacle musical avec Tara Jaff, harpiste.


les peuplades kurdes et les fous furieux selon Ghazalî

Image
Parmi les lieux communs médiévaux des musulmans urbains et policés sur les Kurdes : ceux qui les mettent dans le même bocal que les Bédouins, c'est-à-dire des pillards, destructeurs, plus bêtes de proie qu'humains. al-Ghazalî (1058-1111) en fournit un exemple, dans son troisième chapitre du Tabernacle des Lumières (Mîchkat al-Anwâr) quand il aborde les trois catégories des "créatures voilées ", à savoir :

-Celles qui sont voilées par les seules ténèbres ;
- Celles qui sont voilées par la pure lumière ;
- Celles qui sont voilées par une lumière mêlées d'obscurité.

Dans la Première Catégorie, il met entre les athées et ceux qui courent après la fortune ou la gloire, ceux qui estiment que "le summum du bonheur consiste à vaincre, conquérir et tuer, ou attaquer à l'improviste, emmener des captives et faire des prisonniers. Telle était la conviction des Arabes bédouins (du paganisme) ; elle est celle aussi des peuplades kurdes et d'un grand nombre de fous…

Le tabernacle des lumières

Pour Abû Hâmid Muhammad al-Ghazalî, même si "une certaine interprétation selon le sens caché peut être exacte, le sens littéral reste toujours vrai et contraignant. Le sens intérieur ne saurait en aucun cas entrer en contradiction avec le sens littéral ni le supprimer, tout comme le monde invisible coexiste avec le sens sensible et apparent. Le sens intérieur n'est admissible que si existe entre le sens littéral et lui une correspondance symbolique naturelle ou indiquée par la Tradition." (Roger Deladrière).

Opposition avec les Ismaéliens bien sûr (entre autre) et tous ceux pour qui l'ésotérique a primauté sur l'exotérique. Une troisième voie, celui des malamatî extrêmes, pour qui les deux sens coexistent, les deux mondes coexistent, sans contradiction mais en juxtaposition. Pour certains, la correspondance existe mais "inversée", sans que l'un annihile l'autre.

"Le symbole dans son apparence extérieure est vrai, et sa transposition à la réal…

Communiqué

APPEL A MANIFESTATION

Le Rédacteur en Chef du journal Agos, Hrant Dink, a été assassiné le vendredi 19 janvier devant la porte du journal.



NOUS APPELONS A UNE MANIFESTATION SILENCIEUSE, à PARIS

LE SAMEDI 27 JANVIER A 15H

PLACE DE LA REPUBLIQUE

METRO : République


SOUS UNE SEULE PANCARTE :

NOUS SOMMES TOUS DES HRANT !

NOUS SOMMES TOUS DES ARMENIENS !



EN HOMMAGE A HRANT DINK,

Défenseur de la paix, de la fraternité entre les peuples, de la liberté, de la démocratie

et artisan du dialogue arméno-turc pour une mémoire collective


LES PREMIERS SIGNATAIRES :

Association Audiovisuelle Arménienne (AAA)

Association Culturelle et de Solidarité d’Anatolie

Association Culturelle des Travailleurs Immigrés de Turquie (ACTIT)

Association de Solidarité Franco-Anatolienne (ASFA)

Assemblée Citoyenne des Originaires de Turquie (L’ACORT)

Assemblée Européenne des Citoyens (A.E.C)

Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF)

Association des Tunisiens de France (ATF)

Bir-Kar

Centre Culturelles des Alévis de Paris- PA…

Roman de Baïbars : échec au roi de Rome

Image
Avec l'avant-dernier tome paru en français du Roman de Baïbars, s'invite dans Echec au roi de Rome, une figure historique étonnante, controversée, parfois portée aux nues par des fans (Benoist-Méchin ou Kantorowicz notamment), parfois diabolisée (les chroniqueurs contemporains n'ont pas toujours été tendres avec lui). Il s'agit de l'empereur du Saint-Empire romain germanique, aka le roi de Sicile, aka le roi de Jérusalem Frédéric II Hohenstaufen, qui naquit en 1194 près d'Ancône et mourut en 1250 à Fiorentiono. Autant le dire, le Frédéric du roman, "roi de Rome", figure naïve et falotte devant le tout-puissant Baïbars, n'a pas grand-chose à voir avec l'empereur historique, contemporain des derniers Ayyoubides et non des Mameluks. Mais le roman retient de lui certains traits d'une vérité déformée : Frédéric II était roi de Sicile et en tant qu'empereur, protecteur du Saint-Siège en titre. Et son attitude conciliante et de bonne foi dans…

Stabat Mater

Image
Merveille que ce duo entre René Jacobs et Sebastian Henning, une entente superbe entre eux, régulée, aisée. La voix du jeune soprano magnifique, velouté de gorge, toute la beauté des timbres de jeune garçon, avec la sûreté et la justesse !!! en plus. Je pense à cette compositrice qui disait que les voix de jeunes garçons ont un timbre coloré, puissant, particulier, que n'ont jamais les voix de fillettes. Et j'ajoute que n'ont pas les soprano femelles. C'est autre chose, la même différence qu'entre une flûte de bois et de métal, entre précision et chaleur tremblée. Mais là je cherche vainement la moindre fragilité dans la performance de Henning.

Cette semaine coup de projo sur : Seyid Elî Esxer Kurdistanî

Image
Seyid Ali Exser (ou Asghar ou Asgar enfin toutes les variantes de transcription se trouvent) Kurdistanî est né en 1882 à Sine (Kurdistan d'Iran). Il est mort en 1936. On l'appelle parfois le "père de la musique kurde" et en tous cas c'est un des plus anciens dont les enregistrements ont sauvé la voix. Il a eu une grande influence sur beaucoup de chanteurs kurdes, et iraniens aussi puisque le poète et musicien Aref Qazvinî, le cotoya lors de son exil au Kurdistan. Il faut savoir qu'à l'époque être exilé au Kurdistan était courant, le Kurdistan, province sauvage et arriérée aux yeux des Persans devait être l'équivalent des îlesFalkland dans Le Meilleur des mondes, où l'on envoyait tous les intellectuels et artistes dissidents. Né deux ans avant notre chanteur, Aref Qazvinî mourut aussi deux avant lui dans la ville kurde de Hamadhan. Seyid Ali Kurdistanî était un soufi et avait l'habitude de grimper en haut de la montagne d'Awiar, au dessus de…

Il a dit

Image
photo AFP

"Je suis même prêt à venir à Paris nier le génocide arménien, alors que sa reconnaissance m'a valu six mois de prison avec sursis. Dénoncer le génocide est évidemment un devoir, une mission universelle. Mais inscrire la "vérité" dans le code pénal limite la liberté d'expression et bloque la réflexion en France comme en Turquie. Les Turcs ont appris l'histoire d'une manière rigide, ouvrons-les sur une autre histoire en leur apprenant le doute, pas en imposant un autre diktat."

"Je connais l'âme du peuple arménien ; j'en fais partie. En réalité le monde arménien n'en veut pas uniquement à la Turquie parce qu'elle nie les événements, il en veut également au monde entier, car cette dernière ne s'est pas comportée de manière morale, éthique. En particulier l'Europe. D’ailleurs l'Amérique non plus."

"Les Occidentaux ont des comptes à régler avec la Turquie. Malheureusement ils utilisent le problème armén…

Dol ou la Vallée des Tambours

Image
Dol est pour résumer le parcours d'un Kurde de Turquie, dans une région qui doit être celle de Hakkarî ou pas loin... Mal vu des militaires turcs en poste dans son village, et provoqué par un nouveau gradé imbécile, qui vient perturber son mariage, Azad, plus frondeur que réellement politisé tire sur le commandant et s'enfuit au Kurdistan d'Irak. De là, il poursuit sa route au Kurdistan d'Iran avant de revenir dans son village chercher sa fiancée.

La meilleure partie est celle du début, au village occupé par les Turcs. Je dis bien "occupé", car la présence de ces soldats qui se sentent étrangers au milieu de ces gens qui pour eux sont des "arriérés", des non-Turcs, dans une contrée où 'il n'y a même pas un bar" et où les soldats vivent sous la menace d'une attaque du PKK, est bien celle d'une occupation coloniale, avec les mots d'ordre mécaniques faussement confiants des soldats, mains crispées sur leur fusil, face aux monta…

Arménie, mon amie

Image
Année de l'Arménie en France



Le Mémorial de la Shoah organise une rencontre littéraire autour des ouvrages :




Les 40 jours du Musa Dagh, de Franz WERFEL
(éd. Albin Michel, 2001)




Le Conte de la pensée dernière, d'Edgar HILSENRATH
(Albin-Michel, 1992, prix Alfred Döblin)


JEUDI 18 JANVIER 2007, à 19 heures 30

Avec la présence exceptionnelle d'Edgar HILSENRATH, rescapé de la Shoah,
de Peter Stephen JUNGK, auteur de Franz werfel : une vie de Prague à Hollywood
et d'Antoine SPIRE, journaliste.



Mémorial de la Shoah
17 rue Geoffroy l’Asnier
75004 Paris

Lieu : Auditorium Edmond J. Safra, niveau -1

Renseignements

Tél. : 01 42 77 44 72 (standard et serveur vocal)
Fax. : 01 53 01 17 44
E-Mail: contact@memorialdelashoah.org
Site web: www.memorialdelashoah.org


Réservation indispensable au 01 53 01 17 42



Shahram Nazeri à Paris

Image
Je n'avais pas annoncé son concert ce soir au théâtre de la Ville parce que bon, pour une seule soirée les réservations hors abonnés dans ces cas-là, faut s'accrocher : 21 jours avant la date, disons qu'on a 20 minutes pour réserver par téléphone. Maintenant, beaucoup de places sont refilées à des gens qui n'y vont pas, d'où les courageux et les résolus qui attendent au guichet qu'on ouvre les places vides, ou bien qui sont prêts à racheter les billets plus chers que le tarif...

Pour les courageux pas flemmards, vous pouvez toujours tenter votre chance au Théâtre de la Ville, 2, place du Châtelet, Paris-4e, Mo Chatelet. Tél. : 01-42-74-22-77. Le 15 janvier à 20 h 30. 17 €.

Pour les flemmards, lire l'article du Monde, et réécouter ses CD, dont celui enregistré avec l'esemble Dastan.

A rengaine, rengaine et demi

Image
photo krg.org

Est-ce une réponse agacée aux dernières rodomontades d'Erdogan, s'opposant (et de quelle façon compte-t-il procéder ?) au futur référendum de Kirkouk ? Est-ce une ferme prise de position après le désastreux rapport Baker ? Nêçirvan Barzani, le Premier Ministre du Gouvernement régional du Kurdistan, prend les accents patriotes de son oncle, le président, dans le journal turc Sabah réitère que 1/ Kirkouk appartient aux Kurdes et 2/ qu'ils ont le droit de s'ériger indépendant, ce que Massoud Barzani dit depuis le début : "Nous n'en usons pas pour le moment, par réalisme, mais nous avons le droit à l'indépendance." Comprendre que dès que les choses changeront le divorce irako-kurde sera prononcé avec un grand soulagement...

Cette semaine coup de projo sur : Ali Akbar Moradi

Image
Encore un Yarsan (ou Ahlé-Haqq). Cette religion est décidément un fameux vivier de musiciens. Il faut dire qu'ils passent encore plus de temps en semâ que les Qaderî. Fondée au 14° siècle par Sultan Sohak (mais tous les adeptes diront volontiers qu'ils existaient avant, mais furent seulement réformés et organisés au Moyen-Âge, la religion ahlé-haqq vénèrent Dieu + cinq anges qui se réincarnent plusieurs fois au cours de l'histoire du monde, dont Ali, David, Benyamin, etc, plus quelques-uns de leurs pîrs. Point original, l'un de ces anges est féminin (Fatma est un de ses avatars). Ali Akbar Moradi est né à Guran, dans la région de Kermanshan en 1957 et c'est un des plus grands joueurs de tanbûr kurde, instrument qu'il pratique depuis l'âge de six ans. A dix ans il est déjà considéré par ses maîtres comme un joueur accompli. Il mène une carrière d'artiste professionnelle depuis 1971. Dans cet enregistrement, il joue les 72 maqams des Yarsans kurdes.


Exposition : Les 12 capitales d'Arménie

Tigranocerte, Artaxata, Bagaran, Dvin (d'où était originaire le grand-père de Saladin), Ani, Van, Chirakavan, Kars, Erevan, plus quelques autres non cités dans les annonces :

Les 12 Capitales d'Arménie

sont visibles à La Conciergerie, depuis le 15 décembre 2006 jusqu'au 18 mars 2007.

Pour en savoir plus sur l'exposition, lire le compte-rendu ici.

Expo photos : Le Hawroman et Pir-e Chaliyar

Image
Hawroman-Takht
et les fameuses cérémonies de
Pir-e Chalyar

photographies de Shahla Kashanî.

vernissage samedi 13 janvier 2007
à partir de 16 heures

Institut kurde de Paris
106 rue Lafayette Paris 10° M° Poissonnière
exposition ouverte au public du 15 au 26 janvier 2007
du lundi au samedi de 14h à 19h


"Le Hawroman-Takht est l'une des plus belles régions du Kurdistan. Le Hawroman - ou Terre du Soleil - est situé aux confins de l'Iran et de l'Iraq et ses superbes montagnes abritent une population d'habiles agriculteurs, d'éleveurs et d'artisans réputés pour leur art.



Si les Hawromani sont en majorité des musulmans sunnites, ils pratiquent un soufisme très actif. Leurs derviches, reconnaissables à leurs cheveux longs, se réunissent régulièrement dans des "Khangah" (lieu de culte) où ils prient au son des "dafs" (instruments à percussion). Durant ces cérémonies, les derviches dansent en agitant vigoureusement leur chevelure.


Parmi les cérémonies les plu…

La rumeur du mois

Image
Vous voyez, là ? Eh ben le type qui a pendu Saddam a un nez et une moustache. Et si vous regardez bien la photo de Moqtada as-Sadr, vous serez forcés d'admettre qu'il a AUSSI un nez et une moustache.

Mais il y a mieux :



Moqtada a une chevalière à l'auriculaire droit. Eh bien en regardant attentivement, on voit bien que le bourreau a un AURICULAIRE DROIT aussi, où l'on pourrait éventuellement mettre une chevalière.

Et voilà que le bruit court dans les médias kurdes et arabes que c'est l'excité chiite en personne qui a pendu Saddam Hussein.

Franchement j'imagine mal le gouvernement irakien, même en la personne de son Premier Ministre, être assez à la botte d'as-Sadr pour permettre ça... Mais les rumeurs ne sont jaamis à dédaigner, en ce sens qu'elles peuvent être des mensonges "disant la vérité", à savoir que les Irakiens perçoivent que c'est bien la Shi'a irakienne qui s'est vengé de Saddam.

Ou alors, si c'est vrai, cela replace …

Coup de projo sur : Ostad Elahî

Image
Né en 1895, dans une famille religieuse ahlé-Haqq de Kermanshan, Ostad Elahi eut un destin qu'il voulut obscur mais qui fut assez extraordinaire. Soufi dans les premières années de sa vie, à l'âge où d'autres quittent le monde pour "entrer en religion", lui fait l'inverse et quitte l'état de soufi dans lequel il était né pour entrer dans le monde, et vivre comme un homme ordinaire, dans une attitude de malamatî (version "je ne me fais pas remarquer et vit en monsieur tout le monde). Il fut alors magistrat, philosophe et théologien. En même temps sa virtuosité au tanbur lui valut des admirateurs bien au-delà de l'Iran, comme Yehudi Menuhin ou Maurice Béjart. Il poussa à un très haut degré la technique du tanbûr, en inventa même une, et son oeuvre musicale est inscrit au patrimoine immatériel de l'humanité par l'UNESCO. Il ne ne se produisit pourtant jamais en dehors de cercles privés, et ces enregistrements furent fait dans les années soix…

Aaah les étudiants...

Quelques cas récurrents où j'adore faire ma Snape, l'oeil froid, le ipod sur les oreilles, laissant dans l'ignorance mon interlocuteur sur le fait de savoir si je l'entends vraiment ou pas, avant de me lever d'un air accablé et prendre trois bouquins dans les vitrines, sans même regarder dans la base de données (histoire qu'il ait l'impression que ce soit au hasard, gnac) :

"- Euh bonjour vous vous souvenez de moi ?

-....

- Je suis étudiant(e), j'étais venu il y a quelque temps, j'avais un exposé à faire sur les Kurdes. Vous nous aviez donné trois livres et euh... il me les refaudrait là, mais je ne sais plus les titres, ni les auteurs... Vous les avez toujours ?

1/ je mange pas les bouquins quand j'ai un creux 2/ trois livres parmi les 7014 de la biblio, bien sûr que je vais les sortir un par un jusqu'à ce que les bons réapparaissent.

"- C'était sur quel sujet, les livres ?

- Ben... sur les Kurdes.

ça c'est un renseignement qui m…

La Chute

Image
L'exécution de Saddam Hussein n'est rien de plus que la mort ordinaire d'un dirigeant irakien, c'est-à-dire cet Etat dont les complots et les putschs sont à l'image de ce pays mal ficelé, mal ajusté, à légitimité fantoche, une république pétrolo-dattière. La fin de Saddam "le Cogneur" est restée ancrée dans la tradition des changements de régime en Irak, où pas un dirigeant n'est mort dans son lit. Si la fin de Saddam Hussein semble "barbare", notons qu'elle est encore douce si l'on compare à celle de Nuri Saïd, abattu alors qu'il fuyait et dont le corps fut dépecé par la fouce et les morceaux exposés au gibet, alors que toute la famille royale et le prince étaient abattus sans procès.

Une mise à mort légale, démocratique ? Plutôt un putsch de plus, ou une étape de la stratégie-salami de la conquête chiite sur l'Irak arabe, alors que les Kurdes résistent dans leur fief de l'Irak adjami en maintenant leurs "compatriote…