Articles

Affichage des articles du décembre, 2006

Une nouvelle qui fait bien plaisir

Après tant d'années, son combat pour la résurrection de l'église d'Adiyaman est remporté avec un succès des plus éclatants, puisque la ville peut enfin se glorifier d'avoir son évêque, "le premier consacré en Turquie depuis la fin de l'Empire ottoman." Et le choix du prêtre n'est pas des plus mauvais : je me souviens de lui quand nous l'avons vu avec Roxane, qui a fait de lui un très beau portrait, comme d'un homme très doux, gentil, souriant, actif, et parlant très bien le kurde, très amusé d'ailleurs de n'avoir que cette langue commune pour échanger avec une Française ! Il était déjà bien affairé à faire revivre son église, avec le soutien de beaucoup de chrétiens de la diaspora, notamment d'Allemagne. Donc, félicitation à l'Abuna !

Coup de projo sur : quelques Nativités

Image
De divers CD, quelques chants de la Nativité dans des rites et des langues qui se sont fait entendre ou sont encore entendues dans la région Djézireh-Kurdistan-haute Mésopotamie.D'abord des chants de Noël géorgiens (si les Géorgiens ont un peu reculé à l'est avec la poussée turco-kurde, ils ont été des voisins directs dans tout le Moyen-Âge et au-delà.Ensuite, ce qui peut surprendre, un chant de Noël médiéval latin, c'est-à-dire européen pur jus. Hé oui, avec le Comté d'Edesse (auj. Urfa) et la Principauté d'Antioche qui s'avançait jusqu'à Afrîne, on a entendu au moins pendant un siècle des nativités latines en pays arabo-kurdo-syriaque... (Il faut imaginer la profusion de langues et de dialecte qu'un habitant moyen entre Urfa et Afrîne avait dans l'oreille : l'arabe, le turc, le kurde, le latin, le syriaque, la langue d'oc, le francien des Normands, le grec, l'arménien, le néo-araméen des Juifs...)Donc bien sûr, il y a aussi les chants …

Malamatiyya

Image
"Passions du Vrai qui toutes entières naissent du Vrai
Mais que ne peut atteindre la compréhension des plus grands
Car qu'est-ce que la passion sinon une inclination suivie d'un regard
Lequel propage une flamme parmi ces consciences ?
Si le Vrai vient habiter la conscience
Trois états y redoublent au regard des clairvoyants :
Un état qui anéantit la conscience dans l'essence de sa passion
Puis la rend présente par la passion en état de perplexité
Et un état où toutes les forces de la conscience se nouent
En se tournant vers une vue qui anéantit tout voyant."
Al-Hallâdj,Poèmes mystiques, trad. Sami-Ali.




"L'imam a de sérieux doutes sur la foi de Nasr Eddin, d'autant qu'il ne fréquente guère la mosquée. Puis qu'il est de son devoir de faire rentrer au bercail les brebis égarées, il vient un soir lui faire ses remontrances.

- Tu me sous-estimes beaucoup, lui répond le Hodja l'air pénétré. Je suis peiné que tu n'aies pas compris qu'en fai…

Roman de Baïbars : Rempart des pucelles

Image
Avec Rempart des pucelles, Baïbars est fort occupé avec le méchant Jaouane et les chrétiens (comme d'habitude quoi). Cette fois les Francs se diversifient dans le roman, puisqu'on voit apparaître des champions arméniens.

L'exploit de Baïbars, au début de son règne, était, nous l'avons vu, d'avoir arrêté l'avancée mongole à 'Ayn Djalout. Mais une fois les Ilkhanides stoppés et stabilisés en Irak-Iran, c''est surtout dans la zone Syrie-Djezireh que va s'exercer le programme de reconquête de Baïbars, en abaissant les féodaux kurdes ayyoubides, déjà bien coincés entre les Mongols et le pouvoir du Caire. Ainsi le sultan kurde d'Alep al-Nasîr, celui qui s'était déjà opposé au sultanat de Shadjarat-Durr, continuait de rallier autour de lui les émirs kurdes du Nord, peu enclins à lasser le pouvoir aux Turcs mamelouks. Il fallut toute la pression du calife abbasside pour qu'al-Nasir accepte de traiter avec le sultan du Caire, lui devant se con…

Coup de projo sur : Tania Arab

Image
Cette fois-ci cap au sud avec Tania Arab et 3 musiciens comme lui originaires du Kurdistan d'Irak. Le chanteur, né à Hewlêr, la capitale, est un des plus réputé dans le genre heyran, ces chants populaires qui aniamient les veillées. Le lawk est une poésie traditionnelle chantée, à thème épique ou amoureux. Ici, il s'agit d'un répertoire uniquement amoureux, à thème classique dans la chanson kurde : éloge de la bien-aimée, de ses attraits physiques, invites coquines de la belle à partager la nuit avec son amoureux, , avec un zeste d'érotisme toujours récurrent dans la poésie amoureuse kurde.
Dêwanim (Je suis fou) :

"Fou d'amour, je pars sur les traces des nomades ! Ô ma bien-aimée, pourquoi être partie si loin ? A quoi sert de se plaindre au pays de Mukriyan ? Les parents de ma bien-aimée aux lèvres fines Refusent de m'accorder sa main !"
Ce lawk est un dialogue entre Khanim e t son mêwan (son invité) :

- Ô Khanim je ne puis te voir que sur le toit de ta m…

Unanimité des Kurdes contre le rapport Baker

Image
photo Roxane


Le rapport Baker-Hamilton a déclenché un tollé chez tous les responsables kurdes, dont les "deux présidents", Massoud Barzani et Jalal Talabani.

Dans une interview à Asia News, Saywan Barzani, le représentant du Gouvernement du Kurdistan pour l'Union européenne, livre ses commentaires :

Selon lui, le rapport encourage la violation de la constitution irakienne, approuvée par référendum en janvier 2005, notamment sur le statut de Kirkouk et la "réconciliation" recommandée avecles Baathistes irakiens.

"Le rapport Baker est "anti-kurde" déclare Saywan Barzani, et sera une source d'instabilité. Il est à 20% pro-sunnite, et pour le reste pro-chiite, mais omet de parler des Kurdes et du rôle qu'ils ont joué dans la reconstruction du pays, ainsi que dans le gouvernement." explique Saywan Barzani.


?Si certaines des suggestions de la commission Baker-Hamilton sont appliquées, il n'y aura plus aucune stabilité dans la région. L'…

Turkish delights

J'adore ses chroniques et analyses succulentes que je déguste, le matin, en allumant le pc de bureau. Et parfois il me fait tellement pleurer de rire, toute seule dans ma biblio que je vais finir avec une réputation de schizo...

Saladin et les Kurdes

Image
"En 1169 un émir kurde de l'armée de Syrie, Saladin, succéda à son oncle à la tête du vizirat d'Egypte qu'il venait juste de conquérir. Il devint le sultan le plus célèbre de l'Islam par la reconquête sur les Francs de la ville de Jérusalem. Il assura la pérennité d'une dynastie familiale du Yémen à l'Egypte et de la Syrie à la Haute-Mésopotamie. De son intronisation au vizirat égyptien à sa mort en 589/1193, Saladin est assisté par des personnages d'origines diverses (Turcs, Arabes, Kurdes, Iraniens). Parmi eux les Kurdes constituent un important groupe présent non seulement au sein de l'Etat ayyoubide, mais aussi dans toutes les sphères sociales des villes de Syrie Palestine et de la Djézireh. Qui étaient les Kurdes du temps de Saladin ? Comment étaient-ils perçus par les auteurs arabo-musulmans ? Quel fut leur rôle sous le règne de Saladin ? Leurs relations avec les autres groupes ? D'où venaient-ils ? Quels rapports entretenaient-ils avec l…

La Valise de mon papa

Ou le beau discours de réception du Prix Nobel par Orhan Pamuk, disponible en traduction française :

"Pour moi, être écrivain, c'est découvrir patiemment, au fil des années, la seconde personne, cachée, qui vit en nous, et un monde qui secrète notre seconde vie : l'écriture m'évoque en premier lieu, non pas les romans, la poésie, la tradition littéraire, mais l'homme qui, enfermé dans une chambre, se replie sur lui-même, seul avec les mots, et jette, ce faisant, les fondations d'un nouveau monde."

Roman de Baïbars : Meurtre au hammam

Image
Avec Meurtre au hammam, nous voyons disparaître un de mes perso préférés, enfin mon perso préféré avec Fleur des Truands, qui est le roi El-Sâleh. Mais bon, il faut bien qu'il fasse de la place puisque le sujet principal du roman, c'est tout de même "Baïbars sultan". Alors voilà il meurt de sa belle mort et tout le roman peint en raccourci ou en version vaudeville (mais à peine exagéré) les troubles de succession qui ont précipité la chûte des Ayyoubides, et surtout mettent en premier plan l'étonnante histoire de la Sultane d'Egypte, la veuve du roi El-Sâleh, Shadjarat Durr ou Arbre de perles.

Dans le roman, qui est assez moralisateur, la dame n'accède pas au titre suprême ni ne le réclame, alors que c'est bien ce qui se passa en 1250. Jean-Patrick Guillaume la présente comme un cas unique dans l'histoire de l'islam médiéval, celui d'une femme accédant au pouvoir, porté par une coalition d'émirs. Nous allons voir que si Shadjarat Durr e…

Coup de projo sur : Ali Ekber Cicek

Image
Ali Ekber Çiçek, né en 1935 à Erzincan, mort en avril 2006. Un des plus fameux chanteur alévi, interprétant des poèmes de Pîr Sultan Abdal; Kul Hüseyn, Kul Veli, ou des chants traditionnels de sa région. A la différence des effusions passionnées deShahram Nazeri, sa mélancolie austère rappelle que le Dersim et ses alentours n'est pas un pays très gai ni très exubérant, pas plus que leur cem (il est vrai que celui auquel j'avais assisté à Dersim même était celui du 10 de Moharram commémorant la mort de Hussein, donc pas de quoi batifoler durant le sema).

Il interprète là des poèmes bektashis, Kizil bach et Alévis, en turc bien sûr, puisque depuis Shah Ismaïl "Hatay" la langue religieuse des Alévis est le turc, comme celle des Ahlé-Haqq est le guranî et celel des Yézidis le kirmancî.

Roman de Baïbars : La Trahison des émirs

Image
La Trahison des émirs est consqcré dans le premier tiers aux aventures de l'épique Maarouf chez les Francs. Mais viennent ensuite en scène pour la première fois dans le roman les Mongols, qui furent le grand succès du règne de Baïbars, puisque c'est lui qui stoppa l'avancée mongole en Palestine, alors que les Chrétiens espéraient naïvement conclure une alliance avec le Khan. Dans la foulée, Baïbars "nettoya" aussi les forteresses ismaéliennes de Syrie et les dernières places côtières tenues par les Francs. C'est d'ailleurs à ce moment que le règne ayyoubide prit vraiment fin, avec un durcissement contre les chrétiens, même autochtones. En Egypte et en Syrie, les chrétiens furent soupçonnés de complicité ou de sympathie pour les Mongols ou les Francs. Et la relative détente du règne ayyoubide fut oubliée. L'Islam en passe d'être submergé dans la totalité de son territoire par des non-musulmans, réagit par la défiance et la persécution envers ses pr…

Coup de projo sur : Shahram Nazerî

Image
Le plus magnifique, le plus talentueux, le sublime, le plus glamour, enfin bon, bref, le Shahsiwar des stranbêj kurdes; Shahram Nazeri, né à Kermanshan vers 1950 et qui depuis l'âge de huit ans interprète les mystiques persans comme Rumî, Hafez, les poètes contemporains comme Sohrab Sepeheri et les chants et poèmes kurdes de sa province natale, comme ici avec cet album Heyrani ou Mystified, accompagné des temburs (luths kurdes) de l'ensemble Shams.