Articles

Affichage des articles du novembre, 2006

Roman de Baïbars : La Chevauchée des fils d'Ismaïl

Image
Avec La Chevauchée des fils d'Ismaïl, consacré pour une bonne partie aux exploits des Ismaéliens, nous voyons que le pouvoir du roi ayyoubide, en apparence des plus inactifs, s'exerce à maintenir l'équilibre entre de puissantes coalitions qui en principe unis pour combattre le chrétien n'en agissent pas moins entre elles comme des factions rivales se disputant la succession d'El-Sâleh. Si le Sultan passe son temps en oraisons avec des religieux, parfois mentionnés comme étant "kurdes ayyoubides" (ce qui montre qu'au rebours des Turcs, les Kurdes, s'ils sont estampillés "ayyoubide" c'est-à-dire d'une bonne famille, ne sont pas uniquement membres de l'exécutif et du militaire) ou bien à être saisi de transes au Conseil et à se perdre en propos énigmatiques tout en réprimandant son vizir de la main droite, ce bon Chahîn, pour tout ce qui va de travers dans le monde, son impuissance apparente, voire même le masque de gâteux faibl…

Les tambours des Kamkars

Image
Coup de projo cette semaine sur les Kamkars, avec le Chant des Tambours, une composition jouée principalement avec des percussions (plus des cris de Comanches pour un dhikr très énergique, à tel point qu'I Tunes l'a classé dans la catégorie "Rock" ce qui est un peu exagéré).

Bref les mélodies sont inspirées du Dhikr des soufis (les Kamkars sont originaire de Sine, Kurdistan d'Iran, où les soufis sont nombreux et fort actifs dans leur sema. Le daf est un instrument primordiale pour la musique des derviches kurdes, tout comme le ney pour les mevlevis. Le tâs est un tambourin qui accompagne le daf durant le semâ. On en joue aussi lors des éclipses pour conjurer le soleil de revenir et aussi pour les cérémonies de la pluie. Le duhol, c'est cette énorme percussion joué traditionnellement dans toutes les fêtes kurdes avec le zorna (clarinette). Le double-tambour (do table) est un assemblage comme son nom l'indique : un grand et un petit tambour, que l'on s…

Roman de Baïbars : Les bas-fonds du Caire

Image
Avec Les Bas-fonds du Caire, on en dit plus sur les relations entre Kurdes et Turcs dans le roman, et d'emblée et sans fard, elles sont présentées comme détestables, les deux peuples ne pouvant visiblement pas se piffer. Ainsi l'affaire de l'émir Saylakhan le Kurde, se faisant ruiner et emprisonner par le Turkmène Taylakhan (la quasi-identité des noms est d'ailleurs amusante entre ces deux ennemis), car le Mamelouk, tombé fou amoureux de la fille de l'émir ayyoubide, s'est vu éconduire, puisque, dit le conteur "on connaît l'hostilité séculaire qui règne entre les Kurdes et les Turkmènes. Bien rares sont les mariages entre ces deux peuples : les Kurdes ne donnent leurs filles qu'à des Kurdes." Et plus loin, quand Taylakhan cherchent à se rapprocher de Saylakhan et s'invite chez lui, l'émir se méfie d'abord, en disant à sa femme : "Je ne vois pas pourquoi il s'est conduit si amicalement à mon égard, car les Turks et les Tur…

Gurmatta

Image
Sur SikhSpectrum.com : French woman pinning a flower to honor Sikh soldiers arriving in France 1914.

Les soldats sikhs qui étaient parmi les plus braves de l'armée britannique ont toujours refusé de porter un casque et ont gardé leurs turbans, car un guerrier sikh est sans peur. Ils ont fait les deux guerres mondiales ainsi, et voilà que maintenant dans nos belles écoles républicaines, on renvoie les garçons coupables de s'habiller en grands seigneurs. Une coiffe qui exprime le courage, l'honneur, et la liberté d'une chevelure non entaillée par les ciseaux est forcément une vision d'horreur : il faut courber les nuques, griser les couleurs, raboter tout ce qui dépasse, désapprendre L'Usage du monde.


'Stupidity, however, is not necessarily a inherent trait.' Albert Rosenfield.

Permis de radio

Image
Récemment, Ahmadinejjad a décidé que seraient interdit les connexions Internet à haut débit. C'est décidément une tradition en Iran de brider les médias (sans grand succès, la langue persane est une des langues les plus utilisées par les bloggers).

Dans les années 50, sous les Pehlevis donc, il fallait une autorisation officielle pour posséder une radio, un permis en quelque sorte. C'était peut-être pour surveiller là encore la circulation de l'information, mais une des raisons - la plus comique - était que les postes de radio venaient des pays kafirs" et les bonnes âmes pieuses se mettaient en tête de les "purifier" rituellement avant utilisation et donc les plongeaient le poste dans l'eau pour les laver. Certains devaient oublier de les débrancher avant car plusieurs villes ont vu leur électricité HS comme ça... Aussi, le gouvernement devait probablement demander aux bureaux qui délivraient la licence de s'assurer que le propriétaire du poste n'…

Roman de Baïbars : Fleur des truands

Image
Avec le second volume du roman de Baïbars, entre en scène un des personnages les plus savoureux de l'histoire, l'insigne, le prodigieux Otmân, la "Fleur des truands", terreur du Caire, mauvais garçon repenti et en même temps saint authentique, instruit des Secrets de l'autre monde et donc jouant avec le roi El-Sâleh, un numéro de duettistes faussement ahuris ou divaguant en pleine assemblée, devant une assistance qui ne comprend goutte quand Otmân salue le roi comme un quitt (pour qutb) : "Tu es un grand chat, tu es le chats des chats, de tous les chats ! Hourra !""Mais il a dit que j'étais le grand chat, suis-je donc aussi un matou ?" feint de s'étonner le malin sultan.

En général, dans les romans d'aventure à vocation moraliste, un héros comme Fleur des truands, commence, comme c'est le cas ici, par jouer tous les tours pendables qu'il peut au héros du Bien, Baïbars, et puis s'étant repenti et étant en plus, devenu un …

Cette semaine coup de projo sur : Warda Gulan

Image
Inspirée par la rubrique d'un blog célébrissime, Kurdistan-name offrira un coup de projecteur hebdomadaire sur une musique kurde ou que l'on peut entendre au Kurdistan ou chez les proches voisins. Cette semaine, un très beau CD de musique chaldéenne, déjà signalé cet été, et acquis depuis. Toutes les infos sur le musicien, les Chaldéens, le rituel syriaque, etc. chez Abeillemusique.com où l'on peut se le procurer.

Les dernières perles d'Ubu Président des Kurdes

Image
Extrait de nefel.com, un petit digest de toute beauté de son dernier entretien avec ses avocats :

Le Soleil de l'Humanité, très attaché à sa dernière création en matière de système politique fumeux, la Konfederasyona Civaka Sivîl, soit Confédération de la Société civile (inutile de se demander ce que c'est, sa pensée vole tellement haut que personne ne la comprend) et quelque peu fâché du peu d'échos que cela suscite, s'en prend une fois de plus à sa bête noire favorite, le "nationalisme kurde", grand mal du siècle, apparemment, en ce moment incarné par une autre de ses têtes de Turc (si je puis dire) Massoud Barzani, l'actuel président du Kurdistan.

En effet, Massoud a des intentions politiques d'une noirceur qui font frémir : il veut un "dewleta neteweyî", autrement dit un Etat na-tio-nal. Dingue, non ? Car comme le fait judicieusement remarquer l'alter-ego de Hannah Arendt en matière d'analyse de pensée totalitaire : "Un Eta…

Les Syriaques racontent les Croisades

Image
"Trois chroniqueurs syriaques ont écrit un récit des croisades dans la langue de leur peuple, le syriaque, dialecte araméen. Les communautés syriaques virent de nombreuses bourgades et villes en Syrie et en Haute Mésopotamie détruites par les belligérants et leur position affaiblie.
Michel le Grand, l'Édessénien anonyme, Bar Hébraeus nous ont livré des textes originaux, inédits, qui présentent une vision différente et plus objective des événements, dans un souci de justice et de vérité. Elle diffère parfois de celle des chroniqueurs latins, byzantins et arabes.
Ces chroniqueurs, vécurent à une époque troublée et furent témoins des grands événements qui se déroulèrent en Syrie-Palestine du XIeme siècle au XIIIeme siècle. Ces hauts faits trouvent encore un écho passionné dans l'opinion aujourd'hui.
À la lecture de ce livre, beaucoup de préjugés, de parti-pris risquent de disparaître. L'on découvre d'autres vérités. "



Signature et présentation par l'auteu…

Roman de Baïbars

Image
Relecture du succulent, savoureux, merveilleux Roman de Baïbars, une épopée arabe gigantesque, d'époque ottomane, un monument de Fantasy "historique", dont le héros principal est bien sûr le sultan mamelouk Baïbars, dont on suit l'ascension, de la fin des derniers Ayyoubides jusqu'à son règne et sa mission de repousser les "Mages de Perse", autrement dit les Mongols.

Quelques touches anachroniques, par exemple dans les grades de l'administration, très ottomans, avec des Pachas au lieu de gouverneurs, parfois rigolotes, comme cet épisode où le vizir du roi sert le café à son visiteur !

Mais ce qui est le plus savoureux est le mélange des langues (arabe cairot, parler paysan des Ismaéliens, des Kurdes, lingua franca, turc, etc) merveilleusement adapté en français, et des niveaux d'expression (du mysticisme le plus poétique au jargon des rues le plus cru). Ainsi le khawaja Ali, celui qui achètera Baïbars pour le compte du roi, est un homme de bonne …

Tout nouveau tout beau

Le site Kurdistan name a fait peau neuve, avec une nouvelle adresse : www.kurdistanname.com

Radio : arméniens

Du lundi 6 novembre au vendredi 10, sur France Culture à 16h : SUR LES DOCKS / L'HEURE DU DOCUMENTAIRE :Turquie/Arménie, octobre 2006 : esquisse d'un dialogue. Producteur coordonnateur : Pierre Chevalier, Producteur délégué : Hayati Basarslan.< "Une série de documentaires d'Hayati Basarslan, Jean Kéhayan et Vanessa Nadjar C'est une rencontre entre un Turc et un Arménien. C'est une enquête, une quête de vérité. Tous deux -- le Turc, qui appartient au peuple des bourreaux comme l'Arménien qui appartient à celui des victimes -- ont été tenus par leurs parents dans l'ignorance de ce passé traumatisant. La question était même taboue dans leurs familles. Le jeune Turc a 37 ans, l'Arménien 65. Ils se sont rencontrés en exil en France et ont décidé de parler ensemble de cette terre où leurs ancêtres ont tué et souffert, pour retrouver ensemble la mémoire. Leur périple les conduit à Kharpouth : le berceau de la famille de Jean Kehayan ; en passant par …

Parution : Ibn Khaldûn au prisme de l'Occident

Image
"Un livre en miroir : Krzysztoff Pomian qui n'est pas un arabisant, mais un historien de l'Europe, aborde Ibn Khaldûn dans une perspective inattendue, en contrepoint de l'Occident.

Après avoir mis en relief l'intérêt d'Ibn Khaldûn pour la chrétienté latine, Krzysztoff Pomian en esquisse la carte intellectuelle, aux alentours de 1378, date à laquelle Ibn Khaldûn achève la Muqqadima, sa vaste introduction à son grand oeuvre, Le Livre des exemples : de Constantinople à Paris, d'Oxford à Padoue et Florence, à l'heure du Grand Schisme d'Occident.

De la présentation de l'histoire de l'islam que fait Ibn Khaldûn et des rapports de sa pensée entre l'islam et l'aristotélisme, une image fraîche et renouvelée se dessine : passant de la critique historique à la science de la société, Ibn Khaldûn procède ainsi à une "entreprise entièrement neuve" : construire une science et la situer parmi les autres sciences, en la fondant sur l'idé…