Articles

Affichage des articles du juin, 2004

Journal d`une exposition

15h Une famille marrante : Le pere, un Kurde de Turquie qui semble kurmandj. La mere, mi-turque mi-kurde de Tunceli. Le fils, qui parle turc, et sorani ! Le pere bavarde un peu avec nous en kurmandji. J`evoque avec la mere Tunceli, Ovacik, et tous les amis la-bas. Les yeux et les bouches s`aggrandissent de surprise et de contentement. Je les fais rire en leur disant ``ez here were zanim``, une drole d`expression dersimi pour designer le kurmandji.

4 h p.m. Un Tunisien, d`age assez respectable vient bavarder un peu sur les nations sans etats , m`invite a diner, tprend ma main plusieurs fois pour la secouer chaleureusement (j`ai reussi quand meme a la recuperer ), demande mon numero de telephone (sans vergogne je refile le standard de l`Institut ), et promet de me rendre visite a la bibliotheque : un moyen peu orthodoxe de ramener des chalands...

Kurdistan : Dans l'ombre de l'Histoire

Image
Ismaïl Besikçi. Sociologue turc. Photo prise lors de son procès en 1981. Collection de l'auteur.

La preuve du crime : lettre adressée à Mme Boulanger, présidente de l'association des écrivains.

"L'idéologie officielle en Turquie continue de prétendre, avec insistance et obstination, qu'il n'existe aucun peuple ni langue qu'on puisse qualifier de "kurde". La caractéristique première de cette idéologie, que l'on peut désinger sous le nom de "kémalisme", est qu'elle est fondamentalement hostile aux Kurdes. Elle est raciste et colonialiste (...).

Le peuple kurde vit dans une nation divisée par des fils barbelés et des mines, qui visent à séparer totalement les Kurdes les uns des autres. Dans de telles conditions, leur reconnaissance politique est inférieure à celle d'un peuple colonisé puisqu'en Turquie, par exemple, c'est leur existence-même qui est niée. Les Kurdes de Turquie n'ont de droit que dans la mesure où ils s…

Les Kurdes et le diable

A l`exposition, une militante francaise farouchement anti-Amerique est venue pour me dire qu`elle reprochqit aux Kurdes d`avoir trahi (vous avez bien lu) Saddam Hussein en s`alliant a l`Amerique. Humpf, mieux vaut entendre cela que d`etre sourde.

Elle a meme ajoute qu`un jour ils le paieraient cher et le regretteraient amerement. Elle disait ca avec une telle jubilation...

pour la frappe c`est normal je tape sur un mac pourri.

TV, Radio : Yol, un temps pour l'ivresse des chevaux, Zirek, Ali Akbar Moradi, le garçon qui ne voulait plus parler

TV

Sur Cinéma Auteurs, samedi 26 à 9h15, lundi 28 à 0h50, mardi 29 à 17h20 : YOL, de Yilmaz Güney.

Sur Arte, lundi 28, à 15h15 : Un temps pour l'ivresse des chevaux de Bahman Ghobadi.

Radio

Sur France Inter, vendredi 2 juillet, à 15h05 : Dépaysages, avec Zirek, Falih Madhi, Freidoune Sahebjam.


Concert

A l'auditorium du Louvre, du 25 au 27 juin : Ali Akbar Moradi, chants rituels du Kurdistan iranien, Cheikh Salim Fergani, Aïcha Redouane, de Constantine.


Cinéma

Le Garçon qui ne voulait plus parler, de Sombogaart, 1995.

Eden République Le Temple, 18 rue du Faubourg-du-Temple, M° République. Mercredi à 15h30, jeudi et vendredi à 16h, samedi et dimanche à 14 h.

Expo

Kurdistan : Dans l'ombre de l'histoire, du 23 juin au 24 juillet, Mairie de Paris.

Journal d'une exposition

L'une de mes plus grandes fiertés (bête, oui, comme toutes les grandes fiertés) est que lorsque je parle kurde, les Kurdes me disent toujours que j'ai un accent du Botan, ou du bahdinan, ou sorani, ou mardini, enfin rien de français quoi, mais toujours du sud. Et à vrai dire, j'ai toujours eu cet accent boti, même du temps où j'étudiais à l'INALCO alors que je n'y avais jamais encore mis les pieds, comme une sorte de prédestination vers ma ville préférée.

Le public de cette exposition est très amical, très sensible à cette histoire kurde. Mais hier, vers 6 heures, j'ai dû faire face à une protesta désopilante. Une femme est entrée dans la salle, allant droit au Livre d'or sans même regarder une seule photo. Un message politique ? Puis elle s'est dirigée vers moi et a dit :

- J'ai écrit quelque chose, mais ça n'a rien à voir avec l'exposition.

- Ah ? (un message politique ? encore une accusation de pro-américaniste, de pro-sioniste, anti-Tu…

Kurdistan : une belle lumière sur l'ombre de l'Histoire

Image
Je suis très heureuse de voir que l'exposition à Paris Kurdistan : dans l'ombre de l'Histoire est très belle et très bien faite. Les photographies sont superbement mises en valeur dans les larges salles claires de la Prévôté et des Tapisseries. Un espace de lecture libre, avec plusieurs livres sur les Kurdes, écrits en plusieurs langues, deux bornes de connexion pour le site de l'exposition, des vidéos sur les réfugiés, des portraits, les crimes de Saddam, etc., et le coeur de l'exposition : une histoire des Kurdes à travers la photographie, des cartes postales dans des studio ottomans à l'usage des touristes aux plus récentes images de la guerre et de la libération. Des portraits de leaders légendaires, tels Simko ou Barzani, des portraits de famille de villageois, de peshmergas, sont ponctués d'articles de presse, ou du récit que font d'elles-mêmes les personnes photographiées.

Une histoire rude et remuante mais jamais misérable, juste le portrait d&…

Israël et le Kurdistan

L'article de Seymour Hersh dans le New Yorker, disant que des agents israéliens entraînent des combattants kurdes au Kurdistan n'est pas franchement une surprise, cela arrive juste un peu plus vite que prévu. En fait, c'est l'incompétence américaine à gérer l'Irak actuel qui a dû accélérer les conlusions d'Israël, à savoir qu'un Irak unifié et stable est impossible à obtenir, et qu'ils vont devoir faire face à des factions arabes très en colère. En ce qui concerne les Kurdes, ils ont besoin d'alliances avec de tels voisins, contre toutes agressions islamiste ou pan-arabistes. De plus, conclure un pacte avec Israël et la Turquie est le plus sûr moyen de désarmer les bellicistes turcs et les partisans américains d'un Irak indivisible. (à vrai dire, je soupçonne les Américains de préférer laisser Israël prendre ce genre d'initiative, plutôt que d'avoir à le faire eux-mêmes, même s'ils savent que ce scénario est quasi-inévitable).

Exposition

Image

Mieux vaut tard que jamais

Ayant soudain réalisé que le KNK ou Congrès National kurde, n'était, depuis sa création, qu'une assemblée de pantins voués à cautionner la politique d'Öcalan, Ismet Cheriff Vanly, Musa Kaval et d'autres personnalités kurdes ont dénoncé la politique du leader du PKK et ont démissionné. Comme ils ne sont pas membres du PKK on peut supposer qu'ils échapperont à une "étrange" disparition et à un suicide sur commande, pratiques à laquelles Öcalan semble assez attaché, comme dans le cas de Mizgîn Sen.

Pour en savoir plus

Histoire du Kurdistan

Image
Le samedi 19 juin, à 16 h, à l'Institut Kurde de Paris, je présenterai "Histoire du Kurdistan", de Giuseppe Campanile.

(Institut Kurde de Paris, 106 rue Lafayette, Paris 10°, métro Poissonière, Gare du Nord, Gare de l'Est ; entrée libre).

Storia della Regione del Kurdistan a été publiée pour la première fois à Naples, en 1808. Son auteur, Giuseppe Campanile, un père dominicain, avait été envoyé en mission au Kurdistan en 1802 et il exerça les fonctions de Préfet apostolique pour la Mésopotamie et le Kurdistan jusqu'en 1815. En 1953, un autre père dominicain, le grand kurdologue Thomas Bois traduisit son essai de l'italien, mais il mourut avant d'avoir achevé et publié sa traduction. Après la saisie et la relecture du tapuscrit, ainsi que quelques corrections et ajouts de notes, la traduction du père Thomas Bois paraît enfin dans son intégralité.

Comme le fait remarquer lui-même le père Thomas Bois dans sa préface, c'est moins une "Histoire du Kurdis…

Impuretés

Si vous voulez comprendre pourquoi les Kurdes en Irak sont si peu enthousiastes à l'idée de vivre sans aucune garantie d'autonomie sous la gouverne de Sistani, il suffit d'aller voir son site, dont le lien a déjà été pointé par Karda?

Jetez un oeil par exemple sur les 10 choses impures; (et tout particulièrement la 8ème) :


1.L'urine
2.Les fèces
3.Le sperme
4.Le cadavre
5.Le sang
6.Le chien
7.Le porc
8.L'incroyant
9.Le vin
10.La bière (fuqâ')

Maintenant si vous vous souvenez combien de chrétiens, de yézidis, de mandéens, et d'athées vivent au Kurdistan et en Irak, et si vous vous souveniez qu'on peut boire de l'alcool librement au Kurdistan, vous pourrez peut-être mieux comprendre pourquoi, même si Sistani prétend représenter 60% des Irakiens, les Kurdes ne sont pas du tout d'accord pour vivre sous les mêmes lois.

Et si vous lisez la version anglaise vous pourrez constater une différence dans la dixième impureté. A moins que la bière irakienne so…

La turquie est-elle un réel danger pour les Kurdes d'Irak ?

Il est évident que si les Kurdes d'Irak voulaient se retirer de ce pays, ils n'auraient pas à se soucier sérieusement d'une attaque de troupes arabes. On peut aussi douter que les GIs bombardent le Kurdistan, tout au moins ne pourront-ils jamais le faire aussi durement que les régimes irakiens depuis 40 ans. .

Le principal danger est, comme chacun sait, celui d'une invasion turque. Mais est-ce réellement dans les intentions de la Turquie ? En annonçant la libération des prisonniers kurdes les plus médiatiques, en ouvrant des programmes TV en langue kurde, en opposant à l'UE sa détermination de se conformer aux critères de Copenhague, comment pourrait-elle décider d'entreprendre à nouveau une sale guerre contre les Kurdes, et ce malgré toute l'opportunité d'échanges économiques dans cette région autonome ? Donner une réponse claire à la Turquie sur son entrée dans l'UE (Oui si vous respectez la Charte) serait une forte garantie pour les Kurdes, q…

Mieux vaut un bon divorce qu'un mauvais mariage

Les menaces kurdes de se retirer du gouvernement irakien ne sont aps une surprise. Cela se serait produit tôt ou tard. La seule surprise est que cela arrive peut-être un peu plus vite que prévu, en raison du refus bien "rafidi" :) des chiites.

Mais même si les Nations Unies ou les Occidentaux répètent mécaniquement comme un mantra qu'il doit y avoir un Irak uni comme ils ont répété de la même façon dans les années 90 qu'il devait y avoir une "Yougoslavie unie" c'est un fait têtu qu'obliger deux nations à vivre contre leur gré (ou contre le gré d'un seul) dans le même pays, revient à un mariage forcé, dont rien de bon ne peut advenir. Mieux vaut servir de médiateur dans un divorce à l'amiable, qu'arbitrer une seconde "Guerre des Rose."

Tout vient à point à qui sait insister

Il semble que la notion de fédéralisme en Irak soit en passe d'être acceptée dans le nouveau projet de résolution des Nations Unies selon le site Kerkuk-Kurdistan.

Welcoming the commitment of the Interim Government of Iraq to work towards a federal, democratic, pluralist and unified Iraq, in which there is full respect for political and human rights.

Le projet dans son intégralité peut aussi être consulté Ici


Depuis le refus ferme des Kurdes d'envoyer des troupes turques au Kurdistan pour jouer les "bataillons de la paix" il semble que les Kurdes appliquent avec profit la tactique de la mule de montagne : dire non, freiner des quatre fers et empêcher tout le convoi d'avancer. Jusqu'à ce qu'on se rende à leurs raisons...

Cracmol

L'annonce qu'a faite le KONGRA GEL concernant la fin du cessez-le-feu unilatéral, vient-elle vraiment d'une décision d'Öcalan ?

S'il n'en est rien, préparez vous à l'entendre gémir sur l'ingratitude de ces gens qui n'hésitent pas un seul instant à le mettre en danger ...

Si cela vient de lui, comment peut-on imaginer qu'un homme qui a peur même de son ombre, qui est prêt à vendre tous les Kurdes en échange de sa propre sécurité, que ce chef, qui est un modèle de bravoure, ait fait une telle déclaration sans avoir eu l'assentiment de ses geôliers ?

Donc la question pourrait être quels sont les projets turcs et américains sur le Nord de l'Irak ?

quelques "incoherent thoughts"

En dépit de la frustration kurde causée par leur faible représentation dans le nouveau gouvernement, je ne trouve pas que ce soit une si mauvaise chose. Il n'est pas certain que les leaders kurdes aient intérêt à se compromettre dans une direction politique instable, qui pourrait être incapable de gérer un Etat qui n'en est pas un, un "non-Etat", par ailleurs peu bienveillant envers les aspirations des Kurdes.

Par ailleurs, la colère et les reproches que les Kurdes font à leurs vieux leaders est aussi une bonne chose. C'est un signe de maturité politique de faire pression contre ses prorpes représentants, afin qu'ils se plient à la volonté de leur peuple, et non à leurs propres intérêts. Je me souviens en 1994, durant la guerre civile, de tous ces gens qui étaient pour ou contre Talabani et Barzani, non par idéologie, mais parce qu'ils étaient nés à Zaxo, Shaqlawa, ou Suleimani.

Et je crois aussi que tous les Kurdes devraient être intransigeants sur le sta…

L'Histoire trouée, négation et témoignage

Le samedi 5 juin à 16 h, à l'Institut Kurde de Paris, Mme Catherine Coquio présentera L'Histoire trouée, négation et témoignage, un ouvrage collectif sous sa direction, qui vient de paraître aux éditions Atalante.

M Mustafa Avayolu présentera sa prorpe contribution à ce travail,Négations de l'histoire kurde.

M Yavuz Aykan parlera pour sa part Des chants kurdes de l'absence


La conférence aura lieu à l'Institut Kurde, au 106 rue Lafayette, 75010 Paris, Métro Poissonnière, Gare du Nord, gare de l'Est.

un débat et un buffet suivront la conférence.

Entrée libre.
a

Ah c'est élégant...

Trente Kurdes irakiens qui s'étaient réfugiés au Liban il y a trois ans ont essayé de rentrer chez eux mais ont été arrêtés et reconduits au QG des Nations Unies par les autorités libanaises (au sud du Liban). Celles-ci ont en effet refusé de les laisser partir, comme cela était prévu depuis mars dernier. Ils doivent attendre encore on ne sait quoi dans un camp protégé par la finul. En août 2001 ils avaient été déjà empêchés de gagner Israël afin de chercher ensuite un asile dans d'autres pays.

Il semble donc que pour le Liban, chercher à gagner Israël ou le Kurdistan revienne au même. A vrai dire, depuis 1967, les nationalistes arabes répètent à satiété que les révoltes kurdes ne sont que des agissements de méchants sionistes :). Aussi, en toute logique, on se doit de les empêcher de faire leur aliyah !