Articles

Affichage des articles du août, 2003
Les "humanitaires" en Irak commencent à réaliser que le fait de vouloir "aider" les Irakiens en se démarquant des forces d'occupation ne les met nullement à l'abri des attaques, et même il se pourrait qu'elles en soient la première cible.

Ainsi le directeur des opérations de Première Urgence, Frédéric Bonamy, déclare : "La situation est extrêmement tendue. Longtemps, nous avons surtout craint des actions de banditisme mais aujourd'hui on se demande si nous ne sommes pas face à un sabotage de toute opération de reconstruction en Irak, visant aussi les humanitaires." (Source).

Moi ce qui m'étonne, c'est leur étonnement. Il est évident que les auteurs de ces attaques se foutent du bien-être de l'Irak comme de leur première chemise.

Il est évident aussi que dans ces cas-là, les ONG, l'ONU, gênent, bien plus que les GI's qui de toute façon n'ont besoin de personne pour se rendre antipathiques sur le terrain. De même si des …
Il se pourrait que les Kurdes héritent du Ministère des Affaires Etrangères en Irak... eh oui, encore une preuve de l'ethnicisation de l'Irak, ce partage des postes par peuples ou religion, mais il faut reconnaître qu'à chaque fois qu'au Moyen-Orient on a déclamé avec conviction "nous sommes une seule nation sans différence ethnique ou religieuse" cela signifiait toujours un rabotage des identités au profit d'une seule, celle qui avait pris le pouvoir...

Et puis mettre les Kurdes aux affaires Etrangères n'est pas une mauvaise idée. Pour toutes les raisons expliquées dans le post précédent, et en raison aussi de la situation particulière qui a été la leur entre 1991 et 2003, les Kurdes sont les plus à même de faire le lien entre l'Irak post-Saddam et le reste du monde. Allez, ils pourraient même réconcilier la France et les Irakiens !
Ces blogs de jeunes Bagdadi sont intéressants quand on les lit pour ce qu'ils sont, c'est-à-dire des blogs de jeunes gens de Bagdad, éduqués, parlant anglais, ayant un accès à Internet, et dont l'appartenance à une classe moyenne ou même aisée fait que l'occupation américaine occasionne une chute de leur niveau de vie, ou à tout le moins un surcroît d'inconfort. Mais si l'on se fixe uniquement sur leurs paroles pour avoir une vue de "ce que pensent les Irakiens," cela risque de donner une vision singulièrement faussée. Il faudrait lire le blog d'un pauvre de l'ancienne Saddam-City, le blog d'un ex-opposant, d'un ancien prisonnier, le blog d'un chiite de Bassorah, rescapé des massacres de 91, le blog d'un Kurde (oui je sais ils pourraient le faire, les Kurdes ont toujours un métro de retard mais quand l'un d'entre eux va se décider, ils vont tous s 'y mettre, après il y aura pléthore).

Ce qui frappe dans la tonalité g…
A propos du film sur la Passion de Mel Gibson, j'entends presque toujours "tourné en araméen, une langue morte".
Non, l'araméen n'est pas une langue morte. Par exemple en Irak on le parle encore. Depuis l'émigration en Israël des Juifs du Kurdistan ses locuteurs se sont réduits puisqu'il n'y a plus que les Chrétiens d'Irak (et peut-être les Mandéens ?) qui le parlent, ils ne sont certes plus si nombreux mais ce ne sont pas non plus les derniers Patagoniens.

Pour en savoir plus sur les locuteurs actuels de l'araméen.


Ce qui est frappant dans la plupart des blogs irakiens tenus par des Arabes, c'est qu'ils ne parlent jamais des Kurdes quand ils abordent l'avenir du pays, ou même leur vie qutodienne, comme si, de facto, cette séparation était déjà faite. Et c'est effectivement un autre pays, depuis toujours, mais encore plus alors qu'il est en passe de devenir le "52ème état américain". Ce sont effectivement d'autres gens, un autre destin politique, le remarque le traîne-savate de Haute-Mésopotamie.

There is no clear path of the new government , although I believe presently that Kurdistan Iraq has its own country already. The US knows this, the Arabs know this and no one wants to rub it in their face. So they pretend they are part of Iraq.
Entendu dire que l'ONU, à Bagdad, avait refusé, avant l'attentat de se faire protéger par la Coalition, de peur d'être confondue avec les "autorités d'occupation.

Finalement ce n'était peut-être pas une si bonne idée que ça...
Il est douteux, selon moi, que l'attentat contre l'ONU émane d'une quelconque "résistance irakienne". Des coups de fusils ou de mortier ça et là, d'accord. Mais un attentat suicide (si c'est le cas) nécessite une plus longue préparation, non pas tant dans le geste lui-même que dans l'entraînement du kamikaze. On ne décide pas comme ça, en se levant un matin, de se porter volontaire pour se faire pulvériser dans un camion. Il y faut un long conditionnement, un enfermement dans une cellule totalitaire, une forme de désespoir qui cadre mal avec les anciens cadres du Baath. Je doute fort que même les plus fidèles zélateurs de Saddam ne se sentent plus aucune raison de vivre. Que la chute du régime ait nui à leurs intérêts matériels et leur position dans la société soit. Ces anciens nantis ont certainement planqué leur gros sous en lieu sûr et leurs familles dans quelques écoles étrangères. Il est aussi faisable d'inciter un pauvre diable à tuer un sol…
Image
Radio

Ce soir à 18h15, sur France Culture : Les lumières d'août.

A l'occasion du Festival de Douarnenez consacré au cinéma kurde, rencontre avec Bahman Ghobadi, le réalisateur auteur notamment d' Un temps pour l'ivresse des chevaux.




****

No need to translate this advertisement, that is about a french radio broadcast. But english speakers could visit all the same the web site of the excellent Kurdish director, Bahman Ghobadi.
Selon le journal turc Milliyet l'armée américaine aurait proposé à des responsables du PKK-Kadek de déposer les armes, en échange de quoi leur activité politique et le retour à la vie civile seraient garanties.

Mais visiblement des membres des forces militaires turcs n'ont aucunement l'intention de laisser retourner en Turquie les anciens guerilleros du PKK. Abdullah Öcalan ne le souhaite pas non plus d'ailleurs, il l'a dit et annoncé à la Turuqie et au monde entier : si les hommes du PKK-KADEK reviennent en Turquie, ils "échapperont à son contrôle et à celui de la Turquie" (comme ça, au passage, plus personne ne peut douter du fait de savoir QUI dirige -manipule- ce qu'il reste du PKK-KADEK).

Et donc, toujours selon Milliyet, Osman Ocalan, Kani Yilmaz et quelques représentants du PKK-Kadek, qui la semaine dernière avaient semblé accueillir favorablement la proposition sont revenus sur leur position et ont répété en choeur comme des agneaux les propos …
Image
TV

Mercredi 20 août, sur France 5 à 16h30, rediffusion du documentaire Les Derniers Jours de Zeugma (Thierry Ragobert, 2000).


A peine découverte, cette cité antique (actuellement près de Gaziantepe) dont la production de mosaïques à l'époque romaine valait bien celle d'Antioche a été engloutie par les eaux, en raison d'une politique de construction forcenée de barrages en Turquie(le fameux GAP) qui menace encore bien d'autres régions au Kurdistan de Turquie. Zeugma a disparu, rappelons que la ville de Hasankeyf est toujours (théoriquement) menacée et que la vallée de Munzur dans le Dersim (Tunceli) et son parc naturel doit subir un plan de construction qui comprend au moins sept barrages.

Pour en savoir plus sur Zeugma

Lors de l'Anfal (campagne de massacres et de déportations au Kurdistan d'Irak) des milliers de filles kurdes ont été enlevées par l'armée irakienne et ont totalement disparues. Certains ont supposé qu'elles avaient servi de prises de guerre aux soldats irakiens ou auraient pu être vendues dans le Golfe. Depuis quelques temps, une piste égyptienne mèneraient sur les traces de certaines d'entre elles. L'Alliance Internationale pour la Justice insiste auprès du gouvernement égyptien pour qu'il se préoccupe aussi du sort de la dignité de ces Irakiennes-là.

Voir aussi la lettre de l'aij à madame Mubarak

***

During Anfal (the campaign of massacres and deportations in Iraqi Kurdistan) thousands of Kurdish girls had been kidnapped by Iraqi army and had totally disappeared. Some have supposed that they would have been taken as "war trophies" by Iraqi soldiers or could have been sold in the Gulf. Recently, an Egyptian track could lead to find news of som…
L'écrivain Mario Vargas Llosa a publié dans Le Monde le récit de son voyage en Irak, dont le dernier volet se déroule à Suleimanieh.

Clez les Kurdes
Le président de la Ligue Arabe, Amr Moussa, a estimé, au sujet du nouveau conseil de présidence en Irak, qu'il eut mieux valu des élections, que cela aurait donné à ce conseil "plus de pouvoir et de crédibilité".

C'est sûr, comme le fait remarquer Thomas Friedman, que le nombre des dirigeants de la Ligue Arabe qui ont été élus démocratiquement et en toute régularité est si majoritairement écrasant, qu'ils savent de quoi ils parlent. Au lieu de s'échauffer pour une éventuelle partition de l'Irak la rue arabe ferait mieux de porter son énergie contre les gangsters qui la dirigent. Mais il est vrai que pleurer à distance sur la Palestine ou sur les Bagdadis bombardés permet d'éviter quelques remises en question trop inconfortables.
La façon dont les médias parlent des "voleurs de Bagdad", alias Ali Baba laisse croire qu'ils seraient presque une création de la libération de l'Irak, tout juste si on ne laisse pas entendre "au moins sous Saddam, il n'y avait pas de pick-pocket".

Or les "Ali Baba" existaient bien avant la venue de l'armée US, des quartiers de Bagdad étaient réputés pour être des coupe-gorge où même la police ne s'aventurait jamais, même du temps de Saddam.

Le point le plus chaud de la ville porte très justement le nom de son créateur, "Saddam City", puisque c'est effectivement de par la volonté de Saddam que des populations chiites trop remuantes ont été déplacées du Sud pour être parquées dans une zone où la pauvreté, l'indigence et même l'inexistence des infrastructures, la surnatalité, l'absence de scolarisation ont donné à ces quartiers une telle réputation qu'aucun Bagdadi plus favorisé n'acceptait de les traverse…
Un nouveau site à signaler et un projet intéressant de traduction en kurde de Linux. Ce projet, totalement bénévole, fournira des logiciels kurdes gratuits en téléchargement. Pour cela, l'aide de nombreux volontaires familiers de la langue kurde est requise (les connaissances techniques en informatique ne sont pas nécessaires). Si ce projet pour intéresse, contactez Kader sur son site.
Faire appel aux chasseurs de prime est peut-être une vieille tradition de l'Ouest, mais ce n'est vraiment pas judicieux dans un pays que l'on essaie de pacifier, dans un pays où l'on essaie de construire un état. Car il est évident que toutes les rivalités claniques, les rancoeurs familiales, les querelles de voisinage vont donner lieu à pas mal de dénonciations fantaisistes et meurtrières. Si l'on ajoute à cela les représailles des baathistes contre les soi-disants "collaborateurs", il n'est pas près d'exister l'Irak pacifique et unifié.